[Episode 3] Compostage de proximité à Montpellier : de l'entreprise à la ferme

Toutes les semaines, les bénévoles de l'association "Compostons" collectent les biodéchets des restaurants ou magasins d'alimentation dans le quartier du Millénaire à Montpellier. / © F3 Occitanie
Toutes les semaines, les bénévoles de l'association "Compostons" collectent les biodéchets des restaurants ou magasins d'alimentation dans le quartier du Millénaire à Montpellier. / © F3 Occitanie

Suite de notre série consacrée au compost avec ce dernier volet : comment trier ses bio-déchets en ville quand on est une entreprise ? Dans un quartier de Montpellier, une association vient les chercher à domicile pour les livrer dans une ferme.

 

Par Isabelle Bris

Le vendredi, pour certains, c'est jour de collecte des bio-déchets... à vélo !

Plusieurs entreprises du quartier du Millénaire à Montpellier ont décidé de jouer le jeu : chaque semaine, restaurants, boulangerie et magasins d'alimentation trient leurs épluchures et légumes abîmés. Tout est préparé dans des bacs spéciaux qui attendent qu'on vienne les enlever.


Un cercle vertueux

Ce sont les bénévoles d'une jeune association de Montpellier qui s'y collent. Thibaut Aubé en fait partie.
Lorsqu'il effectue sa tournée hebdomadaire dans les entreprises du quartier, ce jeune homme ramasse une bonne centaine de kilos qu'il entasse dans une carriole propulsée par un vélo électrique.


Le but c'est de faire en sorte que ces bio-déchets ne finissent pas à la poubelle mais qu'ils retournent à la terre !


explique ce bénévole de "Compostons".

Pour les entreprises, ce délestage de déchets est gratuit, mais certains, comme Drôle de pain, préfère le payer. 

Dans cette boulangerie artisanale et sociale, on a même affiché le nombre de kilos de déchets qui ont ainsi fini au composte : plus de deux tonnes en un an.
 

On en est fier parce que ce n'est pas simple de rentrer dans cette démarche-là. Cela a un coût mais c'est aussi pour prouver que c'est possible. Si chacun y met du sien, on peut faire beaucoup !


affirme avec enthousiasme Bassimat Papa, directrice des ventes de la boulangerie.
Ce geste militant coûte environ 50 euros par mois à la société.
 

Livraison de porte-à-porte 

 

Pour le moment, la tournée de ces bénévoles se limite à trois entreprises dans un seul quartier de Montpellier.

Chaque semaine, le fruit de cette collecte est livré gratuitement  au domaine de la condamine : une Ferme urbaine collective qui s'étend sur plusieurs hectares aux portes du Millénaire, et où se sont installés cinq maraîchers en bio voila deux ans.

Là, les biodéchets sont travaillés à l'air libre et mélangés à des tailles de jardin. Le processus de transformation peut alors commencer.

Dans quelques semaines, le compost sera prêt : ce terreau très riche pourra à être utilisé sur les cultures.
 

Le compost, source d'emplois


En 2024, la loi imposera à tous de trier les biodéchets à la source et de les valoriser. Tout le monde : particuliers, entreprises, collectivités devront trouver des moyens de collecter et de transporter ces déchets : le compost pourrait alors devenir source d'emplois.

Les responsables de l'association Compostons y comptent bien : voilà pourquoi ils sont en train de roder ce système de collecte à vélo.

Leur objectif à terme est pourvoir proposer un modèle économique viable autour des bio-déchets, une fois  la loi entrée en vigueur. 
 


 

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus