FISE 2018 Montpellier : le festival fait tomber tous les records

Le Fise à Montpellier - 11 mai 2018 / © JEAN MICHEL MART / Maxppp
Le Fise à Montpellier - 11 mai 2018 / © JEAN MICHEL MART / Maxppp

Le Festival international des sports extrêmes 2018 à Montpellier n'en est qu'à mi parcours mais des records sont déjà tombés. Notamment le nombre de spectateurs sur une journée ou encore le nombre de riders engagés.

Par Z.Soullami - F3 LR


Des records sont déjà tombés lors de cette 22e édition du Festival international des sports extrêmes 2018 à Montpellier.
 

Les records tombent


120.000 personnes ont fréquenté les berges du Lez jeudi : nouveau record d'affluence sur une journée. Par ailleurs, plus de 3.000 riders sont engagés dans les compétitions, 28 speakers sont mobilisés pour commenter les épreuves. Des épreuves sont à suivre en direct sur une chaine dédiée mais aussi sur Facebook.
 

Les JO dans le viseur


Le FISE est devenu en un peu plus de 20 ans (22e édition) un évènement international incontournable en Occitanie et dans le monde du freestyle. On le doit notamment à une organisation irréprochable et des installations de très haut niveau. Le Fise 2018 a franchi un pallier. La perspective des Jeux olympiques 2020 pour certaines disciplines font de Montpellier la vitrine mondiale de ces sports.


Un reportage de Laurent Beaumel, Franck Detranchant et Christian Bestard
FISE 2018 Montpellier : le festival fait tomber tous les records
Le Festival international des sports extrêmes 2018 à Montpellier n'en est qu'à mi parcours mais des records sont déjà tombés. Notamment le nombre de spectateurs sur une journée ou encore le nombre de riders engagés. - F3 LR - Un reportage de Laurent Beaumel, Franck Detranchant et Christian Bestard.


"Au départ, on a un peu peur"


Le slopestyle (slope : pente), qui accueille les riders du VTT, est l'une des attractions de cette édition. La pente flirte avec les 45 degrés : une rampe vertigineuse... même pour les riders.
"Le premier saut est énorme ! On n'a jamais ridé quelque chose de cette dimension. Sérieusement, au départ, on a un peu peur, mais on finit par s'habituer. C'est vraiment un saut de folie. On prend vraiment du plaisir à la fin.", lance un rider.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus