• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hérault : des drones contre les décharges sauvages

Un drone de la DDTM de l'Hérault pour aider la police de la nature à traquer les décharges sauvages - mai 2018. / © F3 LR
Un drone de la DDTM de l'Hérault pour aider la police de la nature à traquer les décharges sauvages - mai 2018. / © F3 LR

La DDTM de l’Hérault, Direction Départementale des Territoires et de la Mer, s’est dotée de deux drones pour faire la chasse aux décharges sauvages, présentes en grand nombre dans le département, dans le but de préserver la biodiversité. Une première en France.

Par Joane Mériot


Matériaux de chantiers, gravats, vieux fauteuils, machine à laver ou objets du quotidien… Les décharges sauvages fleurissent de plus en plus en France. Parfois sur le bord de la route où alors en pleine nature.

Objets du quotidien, matériaux de chantiers ou encore produits d'entreprises, les décharges sauvages se font de plus en plus nombreuses - 24 mai 2018 / © France 3 LR JM
Objets du quotidien, matériaux de chantiers ou encore produits d'entreprises, les décharges sauvages se font de plus en plus nombreuses - 24 mai 2018 / © France 3 LR JM

Dans l’Hérault, la DDTM en a recensé une centaine dans tout le département. Des décharges sauvages, ces endroits où entreprises comme particuliers viennent déposer leurs déchets.
Décharge sous le pont de l'A9 à Sauvian - mai 2018 / © France 3 LR
Décharge sous le pont de l'A9 à Sauvian - mai 2018 / © France 3 LR

Juste avant Sauvian, dans l'Hérault, sous le pont de l'A9, la DDTM a repéré une décharge sauvage - 24 mai 2018 / © France 3 JM
Juste avant Sauvian, dans l'Hérault, sous le pont de l'A9, la DDTM a repéré une décharge sauvage - 24 mai 2018 / © France 3 JM

Plus de 1500 euros d'amende 


Mais prendre la personne en flagrant délit n’est pas évident pour la police de la nature, à moins d’installer des caméras de vidéosurveillance.
En revanche, il est possible de trouver ces décharges et de repérer des indices pour remonter jusqu'à la personne.

"Constater le flagrant délit n’est pas évident, confie, Vincent Tarbouriech, de l’office national chasse et nature sauvage, par contre nous pouvons retrouver des indices dans les détritus qui sont entreposés. Une fois que les personnes sont retrouvées il y a une procédure judiciaire qui s’ouvre, les personnes sont auditionnées et le dossier est transmis au parquet qui lui engage les poursuites."


Vous risquez 75 euros d'amende si vous jetez une simple poubelle, 1 500 euros en cas de dépôt depuis un véhicule et s'il s'agit de déchets professionnels, cela peut atteindre 75 000 euros d'amende et une peine de 2 ans de prison.

Deux drones pour repérer ces zones sauvages


Un drone survole la décharge sauvage de Poussan, dans l'Hérault - 24 mai 2018
Un drone survole la décharge sauvage de Poussan, dans l'Hérault - 24 mai 2018

Et pour retrouver ces décharges la DDTM de l'Hérault s'est dotée de deux drones car souvent, elles sont situées dans des endroits pas facile d'accès. 

"La DDTM vient d’acquérir deux drones pour aller plus vite sur des terrains difficiles d’accès comme des ravins etc… Le drone, c’est un bon outil de repérage après dans le cadre d’une  procédure derrière il y a évidemment des agents assermentés, formés."


Préserver la biodiversité


Chaque lieu saccagé produit son lot de nuisances visuelles et de menaces sur l’environnement : l’abandon de déchets, d’encombrants, d’épaves, de matériaux occasionne des effets nocifs sur le sol, la flore et la faune.

Si la DDTM agit de la sorte, c’est avant tout pour préserver l’environnement et la biodiversité du territoire héraultais car il est le troisième département de France en termes de richesses favorables à la biodiversité.

Le reportage de JP.Faure et J.Mériot.
Hérault : des drones contre les décharges sauvages
La DDTM de l’Hérault, Direction Départementale des Territoires et de la Mer, s’est dotée de deux drones pour faire la chasse aux décharges sauvages, présentes en grand nombre dans le département, dans le but de préserver la biodiversité. Une première en France. - France 3 LR - Jean-Philippe Faure et Joane Mériot


 

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus