Lutte contre le réchauffement climatique : quand l'Espagne donne l'exemple à la France avec ses mesures radicales

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Gayet .

Canicule, sécheresse, l'Espagne plus encore que la France vient de vivre un été terrible. Le réchauffement climatique est en route. Pour tenter de limiter ses effets, le gouvernement espagnol a pris des mesures concernant les transports et la consommation d'énergie. Un exemple dont la France pourrait s'inspirer.

La question du réchauffement climatique et par conséquent des mesures à prendre pour en limiter les effets est depuis l'été caniculaire que la France vient de vivre, le sujet de préoccupation principal de la rentrée.

Chaleurs, sécheresse, rareté et cherté de l'énergie, cumulé aux effets induits de la guerre en Ukraine, faire des économies d'énergie est devenu une nécessité pour les particuliers ainsi que pour les gouvernements.

L'Espagne qui vit depuis plusieurs années, des épisodes de canicule et de sécheresse est en avance de phase par rapport à la France. Des mesures sur les transports, la climatisation, le chauffage sont déjà en place pour faire des économies et amorcer la lutte contre le réchauffement climatique.

Des trains gratuits pour limiter l’utilisation de la voiture 

Bons pour le porte-monnaie des Espagnols mais aussi pour le climat. L'initiative sous forme de "pass ferroviaires" a démarré le 1er septembre et consiste à rendre gratuit pour au moins 4 mois les trains régionaux. Les usagers du train peuvent ainsi circuler gratuitement entre les douze plus grandes villes ibériques. 

Plus de 500 000 personnes ont demandé à en bénéficier. L’opérateur ferroviaire public espagnol s’attend à 75 millions de trajets ferroviaires gratuits. Par ailleurs, le gouvernement espagnol n'exclut pas la possibilité de prolonger l'opération.

L'initiative si elle était appliquée en Occitanie consisterait à instaurer la gratuité de tous les trains TER reliant les principales villes de la région. Une économie non négligeable dont l'objectif affiché est de faire changer les habitudes en troquant le transport public par train plutôt que la voiture individuelle.

L'Espagne s'est engagée à réduire sa consommation de gaz de 7%

Il a fait très chaud en Espagne cet été. Plus encore qu'en France. La demande d'électricité a explosé sur la péninsule alors que l'énergie hydroélectrique était mise à mal en raison du manque d'eau.
Et malgré ces difficultés le gouvernement espagnol s'est engagé auprès de ses partenaires de l'Union européenne à réduire sa consommation de gaz de 7%.

Le pays a entamé une politique de réduction de consommation d'énergie, ce qui aura pour conséquence de limiter la pollution.

L'Espagne va réduire la TVA sur le gaz de 21 à 5% à partir du mois d'octobre afin de limiter l'effet de la flambée des prix sur les ménages, a déclaré jeudi le président du gouvernement, Pedro Sanchez. 

Pour réussir ce pari, des mesures drastiques ont été décidées notamment concernant l'usage de la climatisation et du chauffage dans les commerces.

Climatisation, chauffage, vitrines, la chasse à la consommation d'énergie a débuté

Le gouvernement espagnol a adopté lundi 1er août des limites pour la climatisation et le chauffage dans les commerces, les lieux culturels et de transports. Deux objectifs derrière ces mesures, limiter les importations de gaz russes et de fait diminuer la pollution.

"Le chauffage devra être maintenu à 19 degrés maximum en hiver, et à 27 degrés minimum en été", a annoncé la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, à l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire.

Sont directement concernés "les espaces commerciaux et culturels, aux grands entrepôts […] et aux infrastructures de transports, comme les aéroports ou les gares" a-t-elle précisé.

Les lumières des vitrines des magasins et l’éclairage des bâtiments publics ne sont pas allumés.

Les fonctionnaires encouragés à faire du télétravail

Le télétravail était déjà en place. Mais désormais, le message est encore plus clair. Les fonctionnaires ont été invités à rester chez eux pour travailler. L'objectif étant de réduire l'utilisation de la climatisation dans les bureaux des administrations. Et le chauffage en hiver.

Tomber la cravate, une idée pas si incongrue

L'idée peut paraître insolite, mais quand le thermomètre frise les 45 degrés le port de la cravate devient insupportable. Aussi vendredi 29 août, Pedro Sánchez, le premier ministre espagnol a appelé "à tomber la cravate" pour réduire la facture d’énergie en ayant moins recours à la climatisation.

"J’aimerais que vous notiez que je ne porte pas de cravate" a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Madrid où il s'est présenté sans l'accessoire, tout en demandant à ses ministres d'en faire de même. 

Une reconnaissance méritée

Dans un  récent rapport publié publié lundi 19 septembre par l’organisation non gouvernementale Climate Group, l'Espagne a été reconnue comme le pays du G20 qui a fait le plus d’efforts en faveur des énergies renouvelables.

La péninsule ibérique a obtenu le meilleur score, en raison de ses efforts. Sa politique a été citée comme «l’une des plus ambitieuses politiques de production d’énergie renouvelable au sein de l’Union européenne», avec une hausse significative de ses capacités de production ces dix dernières années.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité