Meurtre sur le parking d'une clinique à Montpellier : 20 ans de prison requis contre l'accusé

La cour d'assises de l'Hérault doit rendre son verdict, ce jeudi 16 février en fin de journée, dans l'affaire du meurtre de Mohamed Benameur. 20 ans de prison ont été requis dans la matinée à l'encontre de celui qui est accusé de l'avoir tué.

Vingt ans de réclusion ont été requis, jeudi 16 février, contre un homme accusé d'avoir froidement abattu sur le parking d'une clinique de Montpellier celui qui avait tué son frère 26 ans plus tôt.

La question de la culpabilité "est réglée", a déclaré dans son réquisitoire l'avocat général Georges Gutierrez, au dernier jour de ce procès qui s'est ouvert lundi devant la cour d'assises de l'Hérault. Bien qu'il dise ne pas se souvenir dans le détail des faits, l'accusé, Ahmed Bakiri, 51 ans, a en effet reconnu dès sa garde à vue, et à nouveau à l'audience, avoir abattu de plusieurs balles de 357 magnum celui qui avait été condamné à 8 ans de prison pour avoir tué son frère en 1990, Mohamed Benameur.

Ce jour-là, en mars 2016, il avait également grièvement blessé le frère de ce dernier, Lahcène Benameur, sur le parvis de la clinique Saint-Jean de Montpellier. Comme les experts psychiatres, l'avocat général retient qu'il y avait chez cet homme sans casier judiciaire et "bien intégré", "une altération du discernement" au moment des faits, ce qui implique que le jury peut dès lors réduire la peine maximale encourue de 30 à 20 années de réclusion.

Le portefeuille de Guy Lux

"Je vous demande de ne pas baisser en-dessous des 20 ans", a toutefois ajouté M. Gutierrez, en relevant qu'Ahmed Bakiri, qui a présenté ses excuses à l'audience, avait tout de même froidement achevé Mohamed Benameur d'une balle dans la nuque et "laissé pour mort" son frère, touché d'une balle à l'abdomen.

L'élément déclencheur de la haine qui oppose ces deux familles de Lodève (Hérault) aurait été le vol en 1985 du portefeuille de l'animateur vedette Guy Lux, de passage dans la ville pour son émission "Intervilles". Le patron du restaurant où le larcin a eu lieu, Kader Bakiri, s'était fait justice et avait blessé par balle celui qu'il considérait comme l'auteur du vol, Mohamed Benameur, un voisin. Cinq ans plus tard, les deux hommes s'étaient recroisés et Mohamed Benameur avait porté des coups mortels à Kader Bakiri.

La mort de son frère avait fortement marqué le jeune Ahmed, qui selon l'accusation a enfoui cette haine pendant "un quart de siècle", jusqu'à ce qu'elle ressurgisse dramatiquement lorsqu'il a croisé Mohamed Benameur sur le parking de cette clinique où les deux familles avaient un proche hospitalisé au même moment.

Le verdict est attendu en fin de journée.

Ecrit avec l'AFP.