Montpellier : "Une avancée notoire mais insuffisante" pour la communauté gay suite aux déclarations du pape François

"Un bon pas" pour les uns,"Insuffisant" pour les autres, la communauté homosexuelle de Montpellier et de Nîmes réagit suite aux déclarations du pape François en faveur d'une union civile pour les couples gays.
© France 3 Occitanie
Le pape François a défendu mercredi très explicitement le droit des couples gays, "enfants de Dieu", de vivre au sein d'une "union civile",dans un changement radical par rapport à ses prédécesseurs.
           
"Ce qu'il faut, c'est une loi d'union civile, elles ont le droit à être couvertes légalement. J'ai défendu cela", a-t-il souligné dans ce documentaire intitulé "Francesco" et réalisé par Evgeny Afineevsky, présenté mercredi à la Fête du cinéma de Rome. 

Si l'annonce est saluée au sein de la communauté homosexuelle, des réserves sont émises. Le pape François reste toutefois fermement opposé à leur "mariage", en droite ligne avec le dogme de l'Eglise.

Un petit pas 

Pour Vincent Autin, militant pour les droits des homosexuels et dont le mariage célébré à Montpellier il y a 7 ans fût le premier mariage homosexuel de France, cela reste insuffisant. 

"C'est un signal fort de la part du pape François, mais l'Eglise progresse avec 30 ans de retard et nous sommes dans un pays laïque. C'est une manière de modérer des positions radicales sur des sujets somme toute très communs et qui appartiennent à la société, " témoigne Vincent Autin. 

L'union civile, c'est bien, mais quid de l'adoption pour les couples homosexuels ? 

Vincent Autin, premier couple gay de France

Même son de cloche au sein de l'association Fierté Montpellier Pride : " Il y a eu  dans le passé des propos maladroits comme nous associer à la psychiatrie ou parler de la douleur des parents...Désormais, si l'Eglise accepte l'union civile, elle se met en conformité avec la réalité des couples et des familles, " explique Olivier Vaillé, président de l'association. " Si une religion commence à accepter cette réalité, nous subirons moins de rejet et de haine d'une certaine frange de la population".

Un bon pas 

Pour l'association internationale Idaho France dont le représentant est à Nîmes, la déclaration du pape François est une réelle avancée pour les pays où l'homosexualité est criminalisée. 

Il y a encore des pays où les homosexuels sont condamnés à mort, c'est une avancée.

Alexandre Marcel, association Idaho

"Nos couples sont reconnus, c'est un bon pas, surtout pour certains pays africains. De nombreux pays criminalisent l'homosexualité, notamment le Cameroun qui est très catholique, " explique Alexandre Marcel d'Idaho France. " Il y a encore des pays où les homosexuels sont condamnés à mort, cette déclaration va aider les pays qui persécutent encore les homosexuels. " 

 
Le plaidoyer du pape met en exergue une très nette avancée par rapport à un document officiel de la Congrégation pour la doctrine de la foi (le gardien du dogme au Vatican) de 2003, qui s'opposait à "une reconnaissance
jurdique des unions homosexuelles". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société homophobie religion lgbt+ diversité mariage pour tous famille