Montpellier : les agressions homophobes en hausse

Le Refuge accueille depuis quinze ans des jeunes victimes de rejets ou d'agressions - mai 2018 / © France 3 LR
Le Refuge accueille depuis quinze ans des jeunes victimes de rejets ou d'agressions - mai 2018 / © France 3 LR

Pour la deuxième année consécutive, les actes homophobes ont augmenté en France selon le dernier rapport de SOS homophobie. Et l’ex Languedoc-Roussillon est parmi les plus touchés de France. En 2017, les signalements ont augmenté de 93% par rapport à 2016.

Par JM et CA avec AFP

Raphaël est dans l’impossibilité d’accepter sa sexualité. Pour lui l’homophobie, c’est très concret : ses parents l’ont complétement rejeté après l’annonce de son homosexualité.

Je n’arrive pas à assumer d’être homosexuel au grand jour, donc je me cache. La société, certes elle évolue mais elle évolue dans deux temps. Il y a des gens qui deviennent très ouverts et d’autres qui se ferment beaucoup plus.


Un constat qui apparaît aussi dans le rapport annuel de l'association SOS Homophobie, paru ce mardi : il pointe une recrudescence des actes de violences contre les communautés homosexuelles et transgenres en France.

Notre équipe de reporter, Carine Alazet et Valérie Banabéra se sont rendus dans des associations montpelliéraines : 


174 signalements en 2017


L’ex Languedoc-Roussillon est parmi les plus touchées de France. 174 signalements ont été enregistrés en 2017, soit une augmentation de 93% par rapport à l’an dernier. 

L’Hérault et le Gard font partie des départements pour lesquels SOS Homophobie a reçu plus de 20 témoignages pour 2017.

© Source SOS Homophobie
© Source SOS Homophobie


En France, parmi les témoignages recueillis, dont certains pouvaient cumuler plusieurs actes homophobes, les manifestations de rejet (62%) et les insultes (52%) sont les faits les plus fréquemment relevés, devant les cas de discrimination (34%), de harcèlement
(20%) et de menaces et chantage (19%).

Plus inquiétant, les agressions physiques repartent à la hausse après plusieurs années de baisse, avec 139 cas recensés en 2017, contre 121 en 2016 (+15%), soit une agression tous les trois jours.

Montée de la parole homophobe en 2017


Cette augmentation peut s'expliquer, selon Joël Deumier, par "une montée de la parole homophobe en 2017 dans un contexte électoral", avec des "prises de positions publiques de candidats, comme François Fillon, pour la réécriture de la loi Taubira". "Cela a des répercussions dans le monde réel, avec des digues morales qui reculent", favorisant les passages à l'acte, a-t-il déploré.

Au début de mois de mai à Nîmes, deux hommes ont été condamnés à 6 mois de prison ferme pour l'un et 5 mois de prison avec sursis pour l'autre pour avoir agressé et frappé un couple d’homosexuels à Pont-Saint-Esprit en juin 2017.


 
Depuis 15 ans, à Montpellier, l'association le Refuge reste fidèle à son objectif fondateur : permettre à de jeunes homosexuels rejetés par leurs proches de se reconstruire en leur offrant notamment un toit.

Isabelle Chollet, psychologue à l'association Le Refuge était l'invité du 12/13 à Montpellier ce mercredi. 

Montpellier : Isabelle Chollet, psychologue à l'association Le Refuge
Isabelle Chollet, psychologue à l'association Le Refuge était l'invité du 12/13 à Montpellier ce mercredi.  - France 3 LR - France 3


Ce jeudi a lieu la journée internationale de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. A Montpellier, plusieurs actions sont prévues.

Sur le même sujet

Académie de Montpellier : Parcoursup, la journée de toutes les inquiétudes

Les + Lus