Montpellier : une brigade à vélo pour surveiller les pistes cyclables

Montpellier vient de mettre en place une brigade pour surveiller les pistes cyclables. Quatre équipes patrouillent pour veiller à la bonne utilisation de ces pistes et sanctionner en cas de stationnements gênants. Attention, en cas d’infraction, le montant de l’amende est de 135 euros.

La brigade patrouille 4 fois par jour dans la ville pour sécuriser les pistes cyclables - août 2020.
La brigade patrouille 4 fois par jour dans la ville pour sécuriser les pistes cyclables - août 2020. © Mairie de Montpellier

Une brigade qui patrouille 4 fois par jour

Parce que se garer sur une piste cyclable relève d'une infraction au code la route, depuis la fin du mois d'août, la ville de Montpellier a mis en place une brigade spéciale vélo. Elle est chargée de veiller à la bonne utilisation des pistes cyclables à Montpellier et peut sanctionner : 

Chaque jour, 4 équipages patrouillent sur différents créneaux horaires correspondant aux temps de la Ville. Cette nouvelle brigade a pour vocation de veiller à la bonne utilisation des pistes cyclables et de sanctionner les stationnements gênants et abusifs.

Mairie de Montpellier

Les verbalisations sont dressées par procès-verbal électronique et le montant de la contravention s'élève à 135 euros. L'objectif est de sécuriser les cyclistes, assure la mairie. 

Une application pour dénoncer les objets gênants

Des incivilités que l’association Vélocité de Montpellier dénonce depuis plusieurs mois déjà. L’année dernière, une application, Vigilo, a même été créée pour signaler les objets gênants sur les pistes cyclables, les aménagements incohérents de la voirie et même les voitures mal garées. L’objectif : alerter les collectivités sur ce problème.
"Le but de cette application n’est pas de faire de la délation, mais d’alerter les collectivités, confie Nicolas Le Moigne, de Vélocité. Nous avons besoin de nous réapproprier ces pistes cyclables déjà existantes, si on regarde sur la carte, il y a des quartiers où elles ne sont pas du tout respectées, comme par exemple l’avenue de Lodève. Les gens utilisent ces pistes comme des dépose-minute pour faire des livraisons ou déposer les enfants à l’école.".
  En effet, si l’usager rencontre un obstacle sur sa route. Il a juste à sortir son téléphone portable, se connecter au site, sans créer de compte, prendre une photo et catégoriser le type de problème rencontré. Pour la photo, il y a un dispositif de floutage, ce qui permet de garder l’anonymat. 

See full screen

En un an, plus de 5.000 signalements ont été faits dont 3.420 concernent des véhicules mal garés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société sécurité routière vélo économie transports police justice trafic routier mobilité