• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : des étudiants accusent les professeurs d'avoir participé au commando à la fac de droit

Des hommes cagoulés ont fait irruption dans un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mars. / © France 3 Occitanie
Des hommes cagoulés ont fait irruption dans un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mars. / © France 3 Occitanie

Au lendemain de la démission du doyen de la faculté de droit et sciences politiques, de nouveaux témoignages d'étudiants posent question. Selon eux, certains professeurs pourraient avoir fait partie du commando cagoulé qui a violenté les étudiants dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23 mars. 

Par Eline Erzilbengoa avec Caroline Agullo et Julianne Paul

Suite à notre enquête sur la faculté de droit de Montpellier, les questions demeurent aujourd'hui. 

Qui est caché derrière le commando qui a agressé des étudiants dans un amphithéâtre de la faculté dans la nuit de jeudi à vendredi ? Qui a donné l'ordre de refermer la grille de la faculté sur ces étudiants pris au piège et roués de coups ? Comment ces hommes ont-ils réussi à échapper à la police ?


Juste après les violences, Lenna, une étudiante en prépa littéraire accusait l'administration de la faculté de complicité.

Violences à la faculté de droit de Montpellier
Le témoignage d'une étudiante présente lors de l'attaque. Elle soupçonne le doyen de la fac de Droit de Montpellier de complicité. - F3LR.  - Caroline Agullo

Aujourd'hui, elle dénonce aussi la fuite des hommes cagoulés alors que la police encerclait le bâtiment. "Quand on sait qu'il y a dix mecs qui sont enfermés dans un lieu et qu'il n'y a aucune possibilité de sortie parce que la police bloque toute les issues pour ne pas les arrêter, il faut soit être complice soit ne pas faire son travail correctement", dénonce-t-elle.

Il était parfaitement déterminé il m'a dit plusieurs fois : "tu vas sortir de l'amphi" et en même temps il frappait


Certains étudiants certifient avoir identifié deux professeurs parmi les agresseurs, dont l'un à visage découvert. "Il était parfaitement déterminé il m'a dit plusieurs fois : "tu vas sortir de l'amphi" et en même temps il frappait", témoigne un étudiant. 

Le doyen également accusé


Il leur disait : vite on y va, on y va. Il les a fait rentrer dans l'amphithéâtre et leur a donné les directions lors de l'attaque
 

Philippe Pétel, ancien doyen de la faculté, est aussi accusé d'être le commanditaire de l'agression. "Il leur disait : vite on y va, on y va. Il les a fait rentrer dans l'amphithéâtre et leur a donné les directions lors de l'attaque", affirme un autre étudiant. 

Demain l'inspection générale de l'éducation nationale sera à Montpellier pour une enquête administrative interne et faire toute la lumière sur cette mystérieuse affaire. 

La faculté de droit restera fermée demain. Cinq plaintes ont été déposées au pénal. La Ligue des droits de l'homme et le syndicat enseignant FSU se portent partie civile.

Agression à la fac de Montpellier : les étudiants accusent l'administration et les professeurs
Selon des étudiants certains professeurs pourraient avoir fait partie du commando cagoulé qui a violenté les étudiants dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23 mars.  - France 3 Occitanie - Caroline Agullo

 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus