Montpellier : des étudiants disent stop aux logements chers et insalubres

Le SCUM, un syndicat étudiant, dénonce le prix des loyers à Montpellier, ainsi que l'insalubrité de certains logements.

Les étudiants du SCUM ont installé des tentes devant l'hôtel de ville pour interpeller la municipalité.
Les étudiants du SCUM ont installé des tentes devant l'hôtel de ville pour interpeller la municipalité. © SCUM
"Il y a un vrai problème de logement étudiant à Montpellier" : ce constat, c’est le SCUM, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier, qui le dresse.

Ce jeudi 23 novembre, au moment du conseil municipal, une poignée d’étudiants ont donc installé des tentes devant l’hôtel de ville, pour interpeller la mairie. Ils demandent en effet "une meilleure politique de logements étudiants" :

"Des centaines d’étudiants supplémentaires arrivent chaque année à Montpellier, mais les constructions ne suivent pas, explique Fabien Bon, du SCUM. Par conséquent les loyers augmentent. A côté de cela, certains logements sont insalubres, même dans certaines cités U. Et les étudiants n’osent rien dire, de peur de finir à la rue."

L’action d’hier soir, prévient le syndicat, n’était qu’une première étape. "Nous avons transmis nos revendications, nous organiserons d’autres actions si nous n’avons aucun retour", annonce Fabien Bon.

Les étudiants du SCUM protestent contre la hausse des loyers, et la baisse des APL
Les étudiants du SCUM protestent contre la hausse des loyers, et la baisse des APL © SCUM


Le SCUM dénonce également la baisse des APL annoncée par le gouvernement en septembre. 5 euros par mois en moins, cela revient à 60 euros par an, soit, note le syndicat, un mois de repas en restauration universitaire.

 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société éducation politique travaux publics économie