• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier: l'intégration réussie d'une mère de famille arménienne

Inga, réfugiée arménienne amoureuse de la France, a ouvert un petit restaurant aux parfums du Caucase à Montpellier / © F3LR
Inga, réfugiée arménienne amoureuse de la France, a ouvert un petit restaurant aux parfums du Caucase à Montpellier / © F3LR

Voici l'histoire d'Inga, réfugiée amoureuse de la France et très heureuse d'y être acceptée. Cette commerçante d'origine arménienne a fuit le racisme ambiant de la Russie voilà 5 ans avec ses filles. Eternelle optismiste, elle a réussi a obtenir le statut de réfugié et vient d'ouvrir un snack. 

Par Isabelle Bris

Inga Arakelova est arrivée en France il y a 5 ans. Elle a fuit la Russie de Poutine avec ses deux filles.

A Moscou, ses origines arméniennes lui ont valu beaucoup d'ennuis. Trop brune au goût de certains slaves, elle a connu le racisme au quotidien, avec un épisode très violent dans le métro de la capitale russe. Une bande de skin-head l'a passé à tabac alors qu'elle était enceinte. Aujourd'hui, plus de dix ans après les faits, les larmes lui montent encore aux yeux quand elle en parle. 
 
Inga a donc décidé de tout quitter et de mettre le cap sur la France, un pays dont elle chérit la culture depuis toujours.

Débarquées à Montpellier par un passeur


Le passeur les a lâchées à Montpellier, un jour d'été. Les premières nuits, cette mère et ses filles ont du dormir dehors, sur la place de la Comédie, puis à la plage. Anna, sa fille cadette, avait 9 ans à l'époque et ne parlait pas français. Aujourd'hui, il est difficile de la distinguer des adolescentes montpelieraines. D'autant qu'elle n'a pas une pointe d'accent russe.

Anna est en classe de troisième, en sport études. Passionnées de gymnastique rythmique, elle a déjà remporté des compétitions départementales et régionales.Cette volonté de s'adapter, d'avancer dans la vie leur a ouvert bien des portes. Inga trouve d'ailleurs les français d'une gentillesse incroyable.   

Montpellier: Rencontre avec Inga, réfugiée arménienne
Inga l'arménienne, aime la France depuis toujours. Elle bénéficie du statut de réfugiée politique depuis deux ans et vient de monter un petit snack.  - France 3 LR - REportage : I.Bris et J.Mörch

En 2014, après trois ans de démarches administratives, la bonne nouvelle tombe enfin : Inga obtient son statut de réfugié. La Cimade l'a beaucoup aidé dans ses démarches. *

Désormais, Inga a le droit de travailler. Après avoir suivi plusieurs stages et formations, elle a pu ouvrir un petit snack. C'est Lola, une amie française, qui lui a prêté les fonds nécessaires. Le mini resto a ouvert ses portes il ya un mois.

Etre maître chez soi et vivre en France, pour Inga, c'était un véritable rêve. Sa cuisine aux parfums du Caucase séduit déjà les clients.

Inga a l'air heureuse. Cette femme infatigable a enfin le temps pour elle : dix ans de tranquillité en vue avec les mêmes droits que les citoyens français.


"Migrants Scène", un festival pour vivre ensemble

Pour sensibiliser la population au sort des migrants, le festival "Migrants Scène" se déroule jusqu'au 4 décembre un peu partout en France.
Des actions culturelles organisées par la CIMADE  (le Comité inter-mouvements auprès des évacués)

Créé en 2000 à Toulouse, ce festival s'est développé au niveau national depuis 2006. Le thème retenu pour 2016 est celui du "Vivre ensemble".

Migrants Scène à Montpellier c'est:

  - une pièce de théatre coproduite par le Théâtre Jean Vilar, AMER les 17 et 18 novembre;
  - Trois films suivis d'un débat : "Nous trois ou rien" le 17 novembre au Diagonal,
                                                   "Cause Commune au Cinéma Nestor Burma le 22 novembre,"
                                                    "La ligne de couleur" le 24 novembre  à Utopia.

  - une conférence débat au Gazette Café le 19 novembre (de 14H à 18H) sur l'Europe et les migrants et en deuxième partie sur l'hébergement des       migrants.

  -Exposition au Gazette Café du 14 au 28 novembre

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus