• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : Isaac, jeune réfugié rêve de devenir boxeur

Isaac, réfugié, rêve de boxer pour la France - 11 octobre 2018 / © France 3 LR / François Jobart
Isaac, réfugié, rêve de boxer pour la France - 11 octobre 2018 / © France 3 LR / François Jobart

Le sport peut parfois être une vraie thérapie, un espoir pour certains. C’est le cas d’Isaac. Après une traversée de la Méditerranée, ce jeune réfugié de 21 ans a fait ses premiers pas sur les rings. Maintenant, il rêve de représenter la France dans une grande compétition.
 

Par L.Beaumel

Un long périple 


C’était il y a un an et un mois, Isaac arrivait en France après un périple de plus de quatre ans. 

Il quitte le Sénégal en août 2015 parce qu’il est rejeté par sa famille suite à un remariage. Il n’a que 17 ans. Il va emprunter plusieurs routes pour rejoindre l’Europe. Il traverse le mali, le Burkina Faso, l’Algérie avant d’atteindre Tripoli en Lybie. A chaque étape malgré son jeune âge il travaille pour payer son voyage et survivre. Il travaille dans des petites entreprises de maçonnerie, de fruits et légumes, de logistiques.  Cette odyssée va durer plusieurs mois.

Et puis un jour il embarque sur un bateau pneumatique avec une centaine de personnes, direction l’Europe.

Après plusieurs jours de mer dans des conditions difficiles ou plusieurs fois le bateau manque de chavirer, il parvient à accoster en Sicile.

Isaac va rester 6 mois en Italie avant de rejoindre l’Allemagne et de revenir en Italie.
Ce n’est qu’en 2017, en septembre qu’il arrive en France par le Sud.

De Nice il rejoint Montpellier.

Aujourd’hui, cela fait un an ét un mois  qu'il vit à Luttopia, un squat installé dans le quartier des Beaux-Arts à Montpellier, qui abrite plus de 130 personnes en situation « d’urgence sociale et sanitaire ».  

C’est grâce à Sylvain, éducateur à l’association la Petite Cordée, qu’il commence la boxe à peine trois mois après son arrivée.

Une passion pour la boxe

A « la petite cordée » pas de subvention. L’association est autonome. Déménagement, entretien des espaces verts, aide à la mobilité, accompagnement physique, autonomisent les adhérents. En contrepartie ils perçoivent une indemnisation financière mais surtout l’association soutien les projets et l’accès aux droits de ces personnes.

C’est comme ça qu’Isaac a pu s’inscrire dans un club de boxe et s’entraîner deux fois par jour. Après huit mois, il s'entraîne déjà aux côtés des grands, comme Jimmy Viennot, triple champion du monde. 

Mais l’ambition d’Isaac c’est de disputer un jour les championnats de France et peut être mieux. Prendre part aux jeux olympiques de 2024 à Paris sous les couleurs de la France. Pour cela il faut que la Boxe Thaï entre aux Jeux, et qu’il obtienne ses papiers. La route est encore longue mais l’envie est grande.

Le reportage de Laurent Beaumel et François Jobart 
 
Montpellier : Isaac, jeune réfugié rêve de devenir boxeur
Le sport peut parfois être une vraie thérapie, un espoir pour certains. C’est le cas d’Isaac. Après une traversée de la Méditerranée, ce jeune réfugié de 21 ans a fait ses premiers pas sur les rings. Maintenant, il rêve de représenter la France dans une grande compétition. - France 3 LR - L.Beaumel et F.Jobart

La Petite Cordée, une association concernée par l'avenir des jeunes

  « La petite Cordée » est une association d'accompagnement social, elle a été créée en 2013 à Montpellier. Elle œuvre dans le travail social collectif et applique des méthodes originales de recherche et d'action.
Ces méthodes sont liées au développement du phénomène urbain et de la montée des clivages sociaux.
L’intervention communautaire préconisée par « la petite cordée » s’inspire directement de méthodes employées par des sociologues en particulier Saul Alinsky.

Dès les années 50, les éducateurs agissent ainsi auprès des enfants des rues, des minorités culturelles, des exclus dans des favelas au Brésil ou des quartiers déshérités au Québec. Et les résultats se font sentir. Cette méthode fait des émules mais reste confidentielle. Les états continuent d’investir beaucoup d’argent dans des méthodes qui ont soit échoué soit prouvé leur inefficacité.

A lire aussi

Sur le même sujet

... adoptée par les cyclistes

Les + Lus