Montpellier : l'évadé aux béquilles interpellé après 12 ans de cavale

Publié le
Écrit par Josette Sanna

Boris Chedru, 38 ans, s'était enfui du palais de justice en avril 2010 après avoir simulé une entorse. Il était recherché depuis par la police judiciaire qui avait lancé un mandat d'arrêt international contre cet homme soupçonné de vols de voitures et trafic de stupéfiants.

Il s'était blessé à la cheville en faisant du sport dans la cour de la prison. Alors qu'il est convoqué chez le juge d'instruction ce 15 avril 2010, Boris Chedru bouscule les gendarmes qui l'entourent et profite du SAS du tribunal resté ouvert pour fausser compagnie à son escorte. 10 ans plus tard, il vient d'être interpellé par la police comme le rapportent nos confrères de Midi libre (article payant).

 Béquilles

Incarcéré à la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone pour des vols de voiture et trafics de stupéfiants, il avait été victime d'une entorse à la cheville en jouant au football dans la cour de promenade de la prison, et il se déplaçait à l'aide de béquilles.

Erreur

Profitant d'une erreur de l'escorte qui avait ouvert la porte de la voiture alors que le sas du palais de justice n'était pas complètement refermé, le détenu avait pris la poudre d'escampette direction quartier de Figuerolles où les policiers avaient perdu sa trace.

Repéré deux jours plus tard, dans une maison à Saint-Jean-de-Védas, il avait une nouvelle fois réussi à échapper aux gendarmes malgré les battues organisées pour le retrouver et la cinquantaine de militaires et un hélicoptère à ses trousses.

Fuite en avant

Joint au téléphone, Jean-Marc Darrigade, son avocat, indique avoir appris l'arrestation de Boris Chedru par un article de presse. Il se souvient de lui comme "d'un garçon intelligent".  "Son évasion résonne comme une fuite en avant ", regrette Me Darrigade. Boris Chedu est reparti en prison. Il avait été condamné par défaut à deux reprises pour des vols de voitures avec un complice, Cédric Loechner, parti en cavale lors d'un procès aux assises.

Les deux hommes étaient soupçonnés d'avoir organisé des go-fast depuis l'Espagne.