À Montpellier, les musulmans célèbrent la fin du ramadan toujours confinés

Ce dimanche 24 mai, les musulmans célèbrent la fête de l’Aïd el-Fitr, qui marque la fin du Ramadan. Mais cette année, en raison de la crise sanitaire, c’est dans des conditions inédites qu’elle s’est tenue, en famille et non à la mosquée, comme le veut la tradition.
 
C'est à la maison, que cette famille du quartier de la Paillade de Montpellier, célèbre la fin du ramadan - 25.05.20
C'est à la maison, que cette famille du quartier de la Paillade de Montpellier, célèbre la fin du ramadan - 25.05.20 © FTV - O. Boisson

Alors qu'habituellement, les fidèles se rendent à la mosquée pour effectuer la traditionnelle prière, cette année, le coronavirus est venu entacher la coutume. 

Malgré la réouverture officielle des lieux de culte intervenue hier en France par le gouvernement, le Conseil français du culte musulman a appelé les musulmans de France à ne pas célébrer dans les mosquées la prière de l’Aïd El Fitr.

 


Des mosquées toujours fermées


En effet, après l'annonce de la décision prise par le gouvernement les mosquées de Montpellier ont décidé hier, samedi 23 mai, de ne pas rouvrir leurs portes immédiatement afin de mettre en place les mesures sanitaires imposées.

Dans ces mosquées, se sont en effet 2 000 personnes qui viennent prier quotidiennement avec une promiscuité importante. Respecter un mètre de distance entre chaque fidèle n'est pour l'heure pas envisageable selon les responsables de ces lieux de culte. 
  

Une fête en comité restreint à la maison


Ainsi, cette année les musulmans ont dû s'adapter pour célébrer malgré tout cette fête. C'est en comité restreint, uniquement en compagnie de la famille proche, que celle-ci s'est déroulée pour certains d'entre eux. 
 

C’est un ramadan particulier, c’est le premier où l’on n’était pas ensemble. Aujourd'hui le fait de pouvoir se retrouver en famille, c’est exceptionnel.

Confie Maryam Dhara, une pratiquante. 

 
"Aïd moubarak", signifie "Bonne fête de l'Aïd" - 24.05.20
"Aïd moubarak", signifie "Bonne fête de l'Aïd" - 24.05.20 © FTV - O. Boisson
 

Distribution de cadeaux à la Paillade


Devant la mosquée du quartier de la Paillade située à Montpellier, une distribution de cadeaux était par ailleurs organisée pour les enfants à l'extérieur. 
 

Il faut garder cette distanciation sociale, il faut protéger les gens mais on a essayé de malgré tout conserver les coutumes avec la prière diffusée sur internet et les réseaux sociaux. On a également proposé aux parents qui le souhaitaient de venir récupérer quand ils voulaient des petits présents pour les enfants.


explique Rachid Aboutayeb, président de l’association Vivre en paix, gestionnaire de l’ECSM (Espace Culturel et Spirituel de Montpellier). 

C'est équipés de masques et après avoir désinfecté leurs mains que les enfants ont pu récupérer bonbons et gâteaux. 
 

Un ramadan inédit


Cette année, c'est finalement tout le ramadan qui a été bouleversé par l'épidémie de coronavirus. En avril dernier, Abdellatif Mellouki, le porte-parole du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de l'ex-région Midi-Pyrénées avait par ailleurs rappelé l'importance du respect des règles sanitaires : 

"Habituellement, lors de cette période, précise-t-il, la fréquentation des mosquées est multipliée par deux. Les gens qui n'ont pas l'habitude de pratiquer viennent souvent à la mosquée pendant le ramadan, en famille, pour célébrer, se rencontrer, discuter et vivre des moments conviviaux, mais cette année, ce ne sera pas le cas. Les gens doivent rester à la maison en famille et ne pas inviter de voisins ou de famille proche à partager le repas du soir."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ramadan religion société covid-19 santé déconfinement