Montpellier : le nouveau maire Michaël Delafosse (PS) élu président de la Métropole à l'unanimité des votes exprimés

Le nouveau maire socialiste de Montpellier Michaël Delafosse a été élu ce 15 juillet président de la Métropole à l'unanimité des suffrages exprimés. Il était le seul candidat. Dans son discours, il a prôné une gouvernance "apaisée", en rupture avec celle de son prédécesseur Philippe Saurel.
Michaël Delafosse (masqué pour cause de crise sanitaire de la Covid-19) lors de son élection à la présidence de Montpellier Méditerranée  Métropole - 15 juillet 2020.
Michaël Delafosse (masqué pour cause de crise sanitaire de la Covid-19) lors de son élection à la présidence de Montpellier Méditerranée Métropole - 15 juillet 2020. © Montpellier Méditerranée Métropole
C'est à l'unanimité des suffrages exprimés que Michaël Delafosse a été élu ce 15 juillet 2020 président de Montpellier Méditerranée Métropole. Le nouveau maire (PS) de Montpellier était le seul candidat en lice. C'est masqué (contrairement à un certain nombre d'élus présents dans l'hémicyle exigu) que le nouveau président est monté à la tribune.

Dans son discours d'investiture (prononcé cette fois sans masque), il s'est inscrit dans le sillage de ses prédécesseurs socialistes, tout en soulignant sa volonté de rompre avec la gouvernance clivante du mandat précédent de Philippe Saurel (DVG).

L'équipe sortante a défendu son bilan

C'est le doyen de l'assemblée, Max Lévita (premier adjoint à la Ville de Montpellier sous le mandat de Philippe Saurel), qui a ouvert les débats après une Marseillaise entonnée à l'unisson, en défendant le bilan de l'équipe sortante à l'origine de la transformation de l'agglomération en Métropole.
Max Lévita, doyen des élus de Montpellier Méditerranée Métropole
Max Lévita, doyen des élus de Montpellier Méditerranée Métropole © Montpellier Méditerranée Métropole

Soulignant le poids de l'abstention lors des dernières élections municipales, Max Lévita a appelé à des "actions communes" pour redorer l'image des élus :

La perte de légitimité nous atteint tous, que nous soyons dans la majorité ou dans l'opposition.

Max Lévita, doyen des élus de Montpellier Méditerranée Métropole

Rupture avec la gouvernance de Philippe Saurel 

Mais Michaël Delafosse a clairement tourné la page des années Saurel, marquées par de profondes dissensions entre son prédécesseur et les maires des 30 autres communes de Montpellier Méditerranée Métropole :

Le temps des divisions stériles et des polémiques qui paralysent l'action publique est révolu.

Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole

Hommage à la Frêchie

Le nouveau président s'est aussi nettement inscrit dans la filiation socialiste de l'histoire politique de Montpellier, saluant la mémoire de Georges Frêche, la présence de sa veuve Claudine dans le public et faisant élire sa fille et co-listière Julie Frêche 6ème adjointe de la Métropole.

Michaël Delafosse a également rendu un hommage appuyé à l'ancienne maire (PS) de Montpellier Hélène Mandroux et à l'ex-président de l'agglomération Jean-Pierre Moure (PS), tous deux présents dans le public.

Les premières mesures dévoilées

Un héritage revendiqué donc, mais aussi une volonté affichée de "changer de modèle" : Michaël Delafosse a dévoilé les premières priorités de son mandat :

Les écologistes confortés

Des mesures très axées sur l'environnement et le cadre de vie, qui portent l'empreinte des alliés écologistes de Michaël Delafosse sur cette mandature. Sa co-listière Coralie Mantion (EELV) a d'ailleurs été élue 2ème vice-présidente, la première vice-présidence revenant à Renaud Calvat, maire (PS) de Jacou. Des vice-présidences attribuées de manière plus que paritaire, puisqu'on recense une femme de plus que le nombre d'hommes (du jamais vu).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste philippe saurel élections