Montpellier : pas de nouvelle réglementation pour les terrasses du centre-ville

Gros coup de stress pour les commerçants du centre de Montpellier, suite à un quiproquo paru dans la presse. Ces derniers craignaient qu'une nouvelle réglementation particulièrement contraignante soit mise en place pour les terrasses de la ville. En réalité, il n'en est rien.
Montpellier - les nombreuses terrasses ombragées du centre-ville - août 2021.
Montpellier - les nombreuses terrasses ombragées du centre-ville - août 2021. © FTV

C'est un article du site Métropolitain qui a mis le feu aux poudres. Paru le 31 juillet dernier, celui-ci annonçait l'élaboration d'un nouveau règlement pour l'usage des terrasses de Montpellier qui avait de quoi effrayer les gérants d'établissements. Parmi les mesures évoquées, la capacité d'accueil en terrasse ne pouvait dépasser celle de la salle.

Des commerçants furieux !

"Nous, on a 16 places à l'intérieur, la terrasse nous permet d'avoir une cinquantaine de places à l'extérieur. Si demain on passe à 16 places dehors, c'est sûr que l'on va diviser par 4 notre chiffre d'affaires ! C'est juste pas possible !" s'inquiète Guillaume, restaurateur à Montpellier.

La règlementation des dispositifs d'éclairages et de chauffage, un seul modèle de mobilier par commerce, l'interdiction de nombreux dispositifs publicitaires, autant de mesures qui accablaient les commerçants, alors même qu'ils redoutent déjà l'application du pass sanitaire à partir du 9 août.

"Bon nombre de restaurateurs et cafetiers sont un peu sous le choc, on en a un peu ras-le-bol, on sort d'une période très difficile... On ne  comprend pas !" s'indigne Gislaine, restauratrice.

Un quiproquo ou une tempête dans un verre d'eau ?

Si la nouvelle s'est répandue à grande vitesse en centre-ville, cette polémique n'a absolument pas lieu d'être selon l'adjoint au maire en charge du commerce. Il n'y a rien de nouveau, mais une simple reformulation d'un texte antérieur, d'un arrêté déjà en vigueur.

"L'inquiétude qui est en train de naître n'est basée sur aucun fondement ! Tout les droits de terrasses accordés actuellement sont conformes à la réglementation de 2012 et conformes à la révision que l'on a mis en place. On a rien rajouté et on a rien enlevé" rassure Roger-Yannick Chartier, l'adjoint délégué aux commerces de proximité.

La clarification a surtout pour but de réglementer les ouvertures de nouveaux commerces, elle n'est pas synonyme de multiplication des contrôles des établissements existants, selon la mairie. Ouf !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie politique covid-19 santé société polémique médias