Montpellier : la permanence de la députée Patricia Miralles cambriolée

La permanence de la députée de la première circonscription de l'Hérault ex-LREM Patricia Miralles a été cambriolée à Montpellier la nuit dernière. Quatre mineurs non accompagnés ont été arrêtés par la police en possession d’objets provenant de la permanence.
La permanence de la députée de l'Hérault Patricia Miralles cambriomée à Montpellier.
La permanence de la députée de l'Hérault Patricia Miralles cambriomée à Montpellier. © Patricia Miralles


Les photos publiées par la députée de l'Hérault Patricia Miralles sur les réseaux sociaux montrent les dégâts dans sa permanence cambriolée et vandalisée à Montpellier : dossiers renversés des étagères éparpillés à même le sol, cuisine et bureau en désordre. Des ordinateurs, de la vaisselle et de la nourriture ont été dérobés selon la députée de la première circonscription qui est allée porter plainte ce vendredi après-midi au commissariat de Montpellier. 

Les faits se sont produits dans la nuit de jeudi à vendredi. "Quatre mineurs non accompagnés ont été arrêtés par la Police Nationale de l'Hérault", annonce la députée elle-même.

En réalité ce sont 5 mineurs isolés et une jeune fille majeure parmi leurs connaissances qui ont été interpellés. Une partie du matériel dérobé a été retrouvé à son domicile.

"Ils ont visité la permanence, bu et mangé, uriné avant de partir avec du matériel informatique et de bureau" détaille la députée Patricia Miralles. L'alerte a été donnée par un voisin. La police a ainsi pu interpeller une partie des cambrioleurs sur les lieux, les autres au domicile de la jeune fille.

Patricia Miralles se dit "très en colère et révoltée par la situation de ces mineurs", qui est de la compétence du Département :

"Voler des assiettes et des paquets de chips ça m'interroge beaucoup,  moi qui suis une ancienne conseillère départementale".

Patricia Miralles alerte sur le nombre élevé et la forte concentration des mineurs isolés sur la métropole de Montpellier.

Les gardes à vue sont en cours ce vendredi en vue d'un déferrement à la justice samedi très probablement. 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers politique sécurité société police justice