Montpellier : le tribunal administratif ordonne l'évacuation de l'université Paul Valéry

Le tribunal administratif de Montpellier a ordonné ce mercredi midi aux occupants de l'université Paul-Valéry, bloquée depuis mi-février, de "libérer les lieux sans délai". Ils protestent et occupent la fac de Lettres dans le cadre du mouvement contre la loi réformant l'accès à l'université.

Le tribunal administratif de Montpellier ordonne l'évacuation de l'université Paul Valéry.
Il a par ailleurs confirmé que certains examens pourraient se dérouler à distance, en rejetant une demande de 2 syndicats.

Dans son ordonnance, le juge des référés du tribunal considère que la mesure d'évacuation demandée par le président de l'université Patrick Gilli "présente un caractère d'utilité et d'urgence".

L'occupation "préjudicie gravement et immédiatement à l'organisation des examens et à la possibilité pour les étudiants de postuler à des stages professionnels, à des emplois ou à des inscriptions auprès d'autres universités pour la poursuite de leur cursus".


Faute de départ sans délai des occupants, le tribunal a autorisé M. Gilli "à procéder d'office à leur expulsion", rejetant en revanche sa demande d'être autorisé par un hussier à faire appel aux forces de l'ordre, "le président de l'université ayant (...) le pouvoir de faire lui-même appel à la force publique en cas de nécessité".



"Le réoccupation légale est nécessaire pour assurer la continuité du service public" pour les 20.000 étudiants qui sont inscrits à Paul Valéry, avait plaidé mardi une représentante de la direction, assurant que "l'occupation des locaux avait donné lieu à de nombreuses dégradations", chiffrées à 200.000 euros par la présidence.

Me Sophie Mazas pour les syndicats Sud, CGT université et Solidaires étudiants, avait de son côté mis en avant le respect du droit de grève et plaidé l'irrecevabilité, arguant notamment que le président de l'université avait le droit de faire appel directement au préfet pour obtenir l'intervention des forces de l'ordre.

Le préfet de l'Hérault avait laissé la porte ouverte lundi à une telle intervention, tout en reconnaissant qu'une intervention policière sur ce campus "totalement poreux" d'une dizaine d'hectares posait une "vraie difficulté". L'éventualité d'une évacuation du campus avait immédiatement suscité la réaction du comité de mobilisation Paul Valéry et de la Snesup, de la CGT Université, de Sud Education et de Solidaires, qui avaient dénoncé "le choix de la répression".


Le juge des référés du tribunal administratif de Montpellier a par ailleurs, dans une autre ordonnance, confirmé que certains examens pouvaient se dérouler à distance, comme l'avait organisé la présidence de Paul Valéry, en rejetant la demande de Solidaires et Sud Education de les suspendre.

La tension s'est accrue autour du blocage de l'université Paul Valéry depuis une opération de "sabotage" des serveurs de l'établissement menée il y a une semaine et les incidents qui ont émaillé samedi une manifestation de "convergence des luttes" à Montpellier.


3 autres facultés bloquées en France


Le mouvement de protestation dans les universités s'est étendu ce mercredi à Sciences Po Paris, creuset de l'élite républicaine qui a notamment formé Emmanuel Macron, en plus des blocages et perturbations qui continuent de toucher une dizaine d'autres sites.

Au niveau national, 3 universités, Toulouse-Jean Jaurès, Rennes-2 et Paris-8, sur environ 70 sont toujours totalement bloquées et 9 autres sites perturbés sur environ 400, par des étudiants opposés à la loi réformant l'accès à l'université, accusée d'instaurer une "sélection" déguisée.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité