Municipales à Montpellier : une sénatrice LREM de l'Hérault préfère Saurel à Vignal

La sénatrice LREM de l'Hérault, Agnès Constant, a annoncé apporter son soutien, dès le 1er tour des municipales à Philippe Saurel. La parlementaire a préféré le maire sortant "hors parti" de Montpellier au candidat investi officiellement par son parti, le député de l'Hérault Patrick Vignal.
Le Sénat - illustration
Le Sénat - illustration © AFP Lionel Bonaventure

Un soutien de plus pour Philippe Saurel et un nouveau couac pour le parti présidentiel En Marche!. La sénatrice LREM de l'Hérault, Agnès Constant va soutenir le maire sortant de Montpellier et candidat aux Municipales.

Elle s'explique dans un communiqué :
 

Il sait rassembler les compétences au service de la ville et des citoyens. (...) Sa liberté est le gage d'un investissement total au service exclusif de la qualité de vie des Montpelliérains, raison pour laquelle j'appelle ces derniers à le soutenir dès le premier tour.


Le mouvement LREM a pourtant investi, en décembre 2019, le candidat Patrick Vignal, député de l'Hérault et conseiller municipal de Montpellier.
 

Et de 2, la sénatrice Constant après la députée Mirallès...


C'est la deuxième fois en quelques jours qu'une élue LREM préfère soutenir à Montpellier la candidature du maire sortant plutôt que celle de Patrick Vignal: la députée de l'Hérault Patricia Mirallès avait le 21 février décidé de quitter le parti En marche, expliquant regretter que le mouvement ait choisi d'"imposer face à Philippe Saurel" un autre candidat.

En huitième position sur la liste de Philippe Saurel, Patricia Mirallès avait été sommée par le maire sortant de "faire un choix" si elle voulait figurer sur sa liste.

Des revirements partisans ?


Lors d'une conférence de presse fin janvier, Philippe Saurel, qui se dit "hors parti", avait déclaré s'être rendu à Paris pour dire au délégué général d'En marche Stanislas Guérini qu'il ne voulait "ni soutien, ni investiture".

Ex-PS, soutien de la première heure du président Emmanuel Macron, Philippe Saurel avait en 2017 démis de leur fonction des vice-présidents de la métropole qu'il préside parce qu'ils refusaient d'adhérer à LREM.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections philippe saurel la république en marche