"On ne peut pas manger comme on veut" : la pauvreté s'aggrave chez les femmes, selon un rapport du Secours Catholique

Le bilan annuel du Secours Catholique sur l'état de la pauvreté est sorti ce mardi 14 novembre 2023. Au niveau national mais aussi dans l'Hérault, le constat est le même : la précarité s'intensifie et ce, notamment chez les femmes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Chaque année, et ce depuis près de 30 ans, le Secours Catholique publie son rapport sur l'"Etat de la pauvreté en France".

Cette année, le climat de forte inflation conduit à une accentuation de la pauvreté pour tous, notamment chez les jeunes adultes, les familles monoparentales et les femmes.

Dans l'Hérault, par exemple, le niveau de vie médian est passé de 760 € en 2021 à 705 € en 2022.

60% de femmes

Au Secours Catholique, que ce soit au niveau national ou plus local dans l'Hérault, le constat est sans appel : ce sont les femmes qui sont le plus touchées par la pauvreté.

En effet, selon l'association, "60 % des personnes rencontrées sont des femmes et 34% d'entre elles sont des mères isolées". Comment expliquer ces chiffres ?

"Je pense que les femmes prennent soin des autres et en priorité de leurs enfants", explique la déléguée départementale du Secours Catholique, Anne-Sophie Lauray, selon qui le rapport des femmes à leur travail développe leur précarité.

Si elles sont en couple, ce sont souvent celles qui ne travaillent pas et si elles sont isolées, elles ont souvent des emplois précaires ou en temps partiel. Donc quand il y a des moments de difficulté, ces femmes peuvent plus facilement passer dans des situations de grande précarité.

Anne-Sophie Lauray - déléguée départementale du Secours Catholique

À Montpellier, de plus en plus de femmes sont accueillies par l'association, toutes avec des profils très hétéroclites.

Recevoir et donner

Arrivée d'Algérie il y a deux ans, Sanna est médecin. Elle est venue pour se spécialiser et exercer mais sans papiers, cela lui est impossible. Sans l'aide du Secours Catholique, elle ne pourrait pas faire vivre ses deux petites filles.

C'était très important pour moi de faire partie du Secours Catholique en tant que bénéficiaire mais aussi en tant que bénévole pour rendre la pareille. Je me sentais redevable de toute cette aide que je reçois.

Sanna

Mais même avec un emploi salarié, la situation peut-être compliquée. C'est le cas de Hanane, jeune femme marocaine, qui vit seule avec son fils.

"On fait très attention, on fait des économies sur beaucoup de choses, on ne peut pas manger comme on veut", confie la mère de famille avant de poursuivre "mais mon fils m'a apporté beaucoup de bonheur et l'essentiel, c'est qu'il aille bien, pour le reste on peut toujours trouver une solution".

800 bénévoles

Dans l'Hérault, le Secours Catholique a accompagné 5 000 ménages en 2023 grâce à 800 bénévoles. Mais pour assurer cet accompagnement, reste en toile de fond l'éternelle problématique : celle de trouver des volontaires pour s'engager dans l'association.

Chacun doit prendre soin de l'autre. On a besoin de bénévoles qui prennent du temps pour prendre soin des autres mais aussi pour prendre soin de la société.

Jean-Marie Brugeron - président du Secours Catholique de l'Hérault