Pénurie de maîtres-nageurs : des piscines vont-elles devoir fermer cet été ?

Alors que l’été approche, dans les piscines on fait le point sur les effectifs de maître-nageur sauveteur. Au total, 28 postes sont à pourvoir en Languedoc-Roussillon. Il y a bien une pénurie de ces professionnels partout en France.

J-44 avant le début des grandes vacances : le recrutement des saisonniers bat son plein et c'est un casse-tête aussi bien en cuisine qu'en piscine.

En France, il manque près de 5 000 maîtres-nageurs, pour 28 postes à pourvoir pour la saison 2023 en Languedoc-Roussillon.

Car si tous les postes de maîtres-nageurs sont pourvus au sein de la métropole de Montpellier, ce n’est pas le cas partout. Plusieurs collectivités de la région peinent à recruter.

La profession est confrontée à une pénurie de maîtres-nageurs depuis plusieurs années et la crise sanitaire a même accentué le phénomène.

Recruter des saisonniers

En été, les besoins augmentent alors pour les collectivités qui recrutent du personnel, il faut trouver comment séduire. La métropole de Montpellier qui gère 14 piscines l’a bien compris.

C'est un métier qui n'est intéressant que s'il est attractif. Il faut aussi que la personne puisse faire autre chose que surveiller les bassins. On leur propose donc de faire des animations et de l'enseignement, ce qui est le corps du métier des maîtres-nageurs.

Pascal Capron - chef du service des piscines de la métropole de Montpellier

Pour attirer les plus jeunes sur le long terme et s'assurer d'avoir du personnel en haute saison, les piscines de la métropole ont mis en place un nouveau dispositif.

"Aujourd'hui, on a décidé de mettre en place des contrats d'apprentissage, c'est-à-dire que l'apprenti maître-nageur sera présent du 15 septembre d'une année jusqu'au 15 septembre de l'année suivante, il sera donc disponible pour l'été pour nos équipements", explique Pascal Capron, chef du service des piscines de la métropole de Montpellier.

Manque d'attractivité du métier

Le fond du problème, un maître-nageur du département (qui a souhaité rester anonyme) nous l'explique : c'est le salaire.

Sur les postes à l'année, il n'y a pas de difficulté à recruter mais pour l'été, la demande est tellement forte que c'est plus compliqué.

Maître-nageur

En effet, la plupart du temps, les collectivités préfèrent recruter des "assistants maître-nageurs" qui ont un diplôme ne leur permettant pas de donner des cours mais qui coûtent moins chers.

Pourtant, un maître-nageur n'est pas payé beaucoup plus, "à savoir environ 150 euros en plus" déplore le maître-nageur alors, inévitablement, "ils quittent la profession dès qu'ils trouvent autre chose".

Aussi, afin d'arrondir les fins de mois, beaucoup de maîtres-nageurs donnent des cours particuliers, en heure supplémentaires "pour que ce soit plus rentable", explique-t-il.