• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Saint-Pons-de-Thomières : braconnage en masse de truites à la source du Jaur

La source du Jaur à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie
La source du Jaur à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie

A Saint-Pons-deThomières (Hérault), à la source du Jaur, autrefois très poissonneuse, les braconnages récurrents ont vidé le cours d'eau de ses truites endémiques. Une situation dénoncée par l'association locale de pêche, d'autant que le matériel abandonné par les braconneurs pollue la rivière.

Par Valérie Luxey

Une canne à pêche abandonnée, des bouteilles et autres plastiques : à la source du Jaur, à Saint-Pons-de-Thomières, dans les hauts-cantons de l'Hérault, le cours d'eau est peuplé d'encombrants. Mais pas de poisson : en partant, des braconneurs n'ont laissé que leurs déchets. Les truites qui rendaient autrefois l'endroit si poissonneux, elles, ont toutes disparu. 


Un braconnage en zones protégées


Si le phénomène a toujours existé de manière sporadique, il s'est amplifié ces dernières années au point de devenir massif. Et ce, malgré le classement de la source en réserve de pêche. ce qui veut dire qu'en théorie, personne ne peut y prélever de poisson. Et le braconnage s'étend désormais aussi à la zone de pêche sportive, dites "no kill", quelques mètres plus loin, à la jonction du Jaur et de l'Aguze. Là, les truites doivent normalement être remises à l'eau après leur hameçonnage.
 
Canne à pêche abandonnée dans le Jaur à Saint-Pons-de-Thomières / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie
Canne à pêche abandonnée dans le Jaur à Saint-Pons-de-Thomières / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie


La colère des pêcheurs locaux


D'où la colère d'Yvon-Bernard Baret, le président de l'association de pêche et de protection du milieu aquatique "La truite du Jaur", qui fédère 150 à 200 pêcheurs... qui n'ont plus rien à pêcher, malgré leurs 85 euros de cotisation annuelle. Le mois dernier, il a pu constater que des lignes, bouchons, hameçons et autre matériel abandonné pendaient du haut du Roc de la Masque, qui surplombe la grotte d'où le Jaur jaillit des entrailles de la terre. Un lieu pourtant situé dans un parc public dont la grille est fermée la nuit. Mais les pilleurs n'en ont cure.
 
L'Aguze à Saint-Pons-de-Thomières, une zone de pêche "no kill" / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie
L'Aguze à Saint-Pons-de-Thomières, une zone de pêche "no kill" / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie


Catastrophe écologique


Les pêcheurs voient qui plus est leurs efforts de ré-empoissonnement régulièrement réduits à néant, et qui dénoncent une catastrophe écologique :
 

On met des boîtes qui contiennent des œufs de truite qui éclosent dans les cours d'eau, on fait des alevinages, on lâche des truitelles de printemps de 7 à 10 centimètres fournies par la Fédération Départementale de Pêche, donc il devrait y en avoir énormément, d'autant plus qu'avant la fermeture de la saison précédente, on avait fait un empoissonnement important sur cette zone : aux alentours de 40 à 50 kilos. Aujourd'hui, il s'avère que c'est un désastre : ça a été pillé, complètement détruit !


Manque de moyens et de solutions


La mairie de Saint-Pons-de-Thomières reconnaît le problème, mais se dit démunie : sa seule policière municipale est en arrêt maladie depuis 6 mois et la commune n'a pas de caméra. Richard Boyé, l'adjoint au maire délégué aux travaux et à l'urbanisme, plaide le manque de moyens :
 

C'est très compliqué, il faudrait faire sans doute plus de surveillance. Il y a bien sûr les gardes chasse et pêche, la gendarmerie pourrait faire un peu plus de patrouilles, mais ils ont déjà beaucoup à faire avec les autres incivilités. Quant aux caméras de surveillance, nous n'en avons pas et nous n'y sommes pour l'instant pas favorables.


L'appel à une prise de conscience


Seule solution alors : une prise de conscience de tous par l'éducation à l'environnement. C'est là-dessus que compte Eléonore Evrard. Pour évacuer les déchets,  notamment ceux abandonnés par les braconneurs, elle lance un appel à un nettoyage citoyen, via sa petite association, Dimanches d'Hiver. Créée en 2012 à Agde, elle est une habituée de ces opérations, mais elle a besoin de bras. Toutes les bonnes volontés sont donc les bienvenues.
 
Près de sa source, à Saint-Pons-de-Thomières, le Jaur est classé "réserve de pêche" / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie
Près de sa source, à Saint-Pons-de-Thomières, le Jaur est classé "réserve de pêche" / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie


Source divine


Objectif : fédérer les habitants autour de ce joyau naturel qu'est la source du Jaur, lieu vénéré par leurs ancêtres depuis bien avant l'aire chrétienne, car censé abriter une divinité. Voici le reportage de Valérie Cohen-Luxey et Delphine Aldebert.
 
Saint-Pons-de-Thomières : braconnage massif de truites à la source du Jaur
A Saint-Pons-deThomières, à la source du Jaur, à la jonction avec l'Aguze, autrefois des eaux très poissonneuses, les braconnages récurrents ont vidé les deux rivières de leurs truites endémiques. Une situation qu'a décidé de dénoncer l'association locale de pêche, d'autant que les braconneurs abandonnent derrière eux une partie de leur matériel, polluant les deux cours d'eau. Avec Yvon-Bernard Baret, président de l'association de pêche et de protection du milieu aquatique "La truite du Jaur", Richard Boyé, adjoint au maire de Saint-Pons-de-Thomières délégué aux travaux et à l'urbanisme, et Eléonore Evrard, trésorière de l'association environnementale Dimanches d'Hiver. - France 3 Occitanie - Valérie Cohen-Luxey Delphine Aldebert

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saint-Pons-de-Thomières : braconnage massif de truites à la source du Jaur

Les + Lus

Les + Partagés