Santé : ce nouveau traitement révolutionnaire contre la schizophrénie conçu près de Montpellier et approuvé aux Etats-Unis

Un nouveau médicament contre la schizophrénie vient d'être validé sur le marché américain. Une société pharmaceutique basée à Jacou, au nord de Montpellier, a mis au point un traitement injectable qui se diffuse lentement dans le corps grâce à une technologie révolutionnaire.

Près de vingt ans de recherches et une réussite internationale contenues dans une seringue. Il s'agit de la technologie BEPO développée par Medincell, une société basée à Jacou, dans l'Hérault.

Ce médicament vient de connaître une consécration avec l'autorisation de mise sur le marché pharmaceutique américain Uzedy. 

Une capsule biodégradable 

Ce traitement associe la technologie héraultaise avec une molécule très efficace contre la schizophrénie. BEPO permet de diffuser progressivement des molécules de médicaments dans le corps humain. Au contact de l'eau, il forme un dépôt de polymères qui emprisonne le principe actif avant de le libérer.

Nos polymères sont construits de façon biodégradable. C'est-à-dire que c'est l'organisme qui va induire la dégradation du polymère en produisant des produits non-toxiques. C'est grâce à cette dégradation qu'on va avoir un contrôle de la libération de la molécule.

Adolfo Lopez Noriega, directeur recherches et développement Medincell

Le médicament est produit par un géant du secteur, l'israélien Teva, qui a misé sur les arguments héraultais : pendant deux mois, le patient et ses proches n'ont plus à penser au traitement.

Améliorer l'efficacité

On va s'assurer que le patient va être exposé à la concentration exacte du principe actif pendant la durée du traitement. On évite les oublis, les gens qui ne veulent pas prendre leur pilule.

Adolfo Lopez Noriega, directeur recherches et développement Medincell

Cette technologie permet de résoudre un problème de santé publique mondiale : l'observance. C'est la manière dont les patients prennent correctement ou pas leur traitement.

Le champs des possibles de cette diffusion lente des médicaments semble illimité pour Christophe Douat, président du directoire de Medincell : "On travaille sur des projets, avec la fondation Bill Gates sur la contraception, sur la malaria avec la fondation United. A chaque fois, c'est pour améliorer l'observance. En lissant l'absorption du médicament on peut espérer améliorer l'efficacité et réduire ses effets secondaires."

Le marché du traitement de la schizophrénie par diffusion lente représente presque quatre milliards et demi de dollars par an aux Etats Unis. Avec Uzedy, Medincell et Teva visent 20 % des parts de ce marché.

Ecrit avec Sébastien Banus.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité