Schneider Electric annonce la fermeture du site de Lattes, 80 emplois menacés

Schneider Electric a présenté ce mercredi 16 septembre un nouveau plan de restructuration du groupe. Il prévoit la fermeture du site de Lattes près de Montpellier au second semestre 2021. Au total, 80 emplois sont menacés. 

Des mutations sur les sites de Grenoble ou Aubenas devraient être proposées aux salariés de Lattes.
Des mutations sur les sites de Grenoble ou Aubenas devraient être proposées aux salariés de Lattes. © MaxPPP - Christophe Petit Tesson
Un an tout juste après la fermeture du site de Fabrègues, les salariés de Schneider Electric doivent faire face à un nouveau coup dur. Ce mercredi 16 septembre, un comité social et économique (CSE) extraordinaire se tenait à Lyon au cours duquel la direction a annoncé la fermeture de l'usine de Lattes.

Une fermeture qui devrait intervenir au cours du deuxième semestre 2021.

Il y avait des rumeurs, mais on ne s’attendait pas à ce que ce soit l’usine entière qui ferme. On ne s’attendait pas non plus à ce que ça aille aussi vite.

Pauline Gibert, délégué syndicale CFDT

Deux usines fermées dans l'Hérault en six ans 

Jusqu'à présent ce fabricant de matériel électronique comptait deux usines dans le bassin montpelliérain. Deux usines ont en effet déjà fermé leurs portes : celle du site de la Pompignane en 2014, mais également celle du site de Fabrègues en 2019.
   

Fin de la production à Lattes en 2021

Désormais, l'activité sera concentrée sur un seul site. Avec cette nouvelle fermeture, 80 emplois sont menacés selon les syndicats.

L'activité de production devrait être rapatriée sur les sites d'Aubenas et Grenoble. Des mutations pourraient ainsi être proposées aux salariés.

"On aime notre entreprise mais on est blasé, ça devient une habitude, j’ai peur que ce soit la goutte d’eau qui fait déborder le vase. On va encore devoir faire face à 9 mois d’incertitude. Jusqu’à présent on avait quelques espoirs de se recaser sur le bassin mais là il reste qu’une usine et elle est déjà saturée", exprime Pauline Gibert, délégué syndicale CFDT.

L'objectif du groupe : maintenir la compétitivité avec ce nouveau plan de restructuration. Sur les onze usines en France, trois au total sont concernées par une fermeture. 

Les syndicats de l'usine de Lattes ont prévu de se réunir ce vendredi 18 septembre pour échanger et organiser des actions au cours des prochaines semaines. Des mobilisations nationales pourraient également être menées. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie