Sécurité routière : les cyclistes sont les grands perdants du partage de la route

Chaque année, des centaines de cyclistes sont victimes d'accidents sur la route. Alors que les modes de transports doux sont favorisés, la cohabitation entre automobilistes, cyclistes, piétons et trottinettes est un enjeu vital. Les clubs de vélos forment leurs adhérents pour acquérir les bons réflexes de sécurité.

C'est malheureusement un drame qui n'est pas isolé. Samedi 16 mars, un cycliste de 39 ans a perdu la vie après une collision avec un camion de marchandises, à Mèze dans l'Hérault. 

Selon l'Observatoire des cyclistes accidentés de la route, qui recense les accidents avec des cyclistes relatés dans la presse, il s'agit au moins du 84ème accident et du 15ème décès depuis le début d'année 2024. À titre de comparaison, en 2023 ce sont 226 cyclistes qui ont perdu la vie, aussi bien en ville qu'en dehors des agglomérations. 

Des accidents en nette hausse

La tendance ne va pas en s'arrangeant car entre 2019 et 2022 le nombre de décès de cyclistes a augmenté de 38%. 

Ces tragiques chiffres n'étonnent guère Jacques Clamouse, président du comité départemental 34 de la Fédération française de vélo. Il déplore qu'avec le développement des aides à la mobilité qui encouragent l'utilisation de vélo, beaucoup d'usagers se sont mis au vélo sans être aguerris aux règles de bonne conduite qui entoure cette pratique. 

Des cyclistes moins expérimentés sur les routes

Selon les chiffres officiels, les ménages français ont fait l’acquisition de plus de 10 millions de bicyclettes entre 2017 et 2022, que ce soit pour se balader occasionnellement ou se déplacer quotidiennement. La Fédération française de cyclotourisme, elle, ne compte que 120 000 adhérents.

Pour autant, Jacques Clamouse reconnaît que "les mauvais comportements sont de toutes parts, c'est un problème de respect d'autrui et du code de la route". Une adhérente du club de vélo de Mèze a l'impression que les automobilistes sont moins patients sur la route depuis la période du confinement et doublent davantage les cyclistes dans des lieux dangereux ou sans respecter les distances de sécurité. 

L'automobiliste pense qu'il est seul, le cycliste pense que la route lui appartient, les trottinettes font n'importe quoi, le piéton pense que les pistes cyclables sont pour lui... Donc il faut apprendre à partager cet espace.

Jacques Clamouse, président du comité départemental 34 de la Fédération française de vélo

Pour prévenir les risques d'accident, la fédération française de vélo propose des stages à ses adhérents pour apprendre à cohabiter sur la route. Par ailleurs, des référents sécurité sont nommés dans chaque club de la fédération. Ils informent, sensibilisent aux risques et proposent des parcours dans des secteurs adaptés car à vélo tout peut être dangereux : un caillou, une bordure non réparée, une bouche d'égout, un automobiliste qui ne respecte pas les distances de sécurité... 

Pour Didier Molina, délégué sécurité départemental 34 de la Fédération française de vélo, la seule "solution miracle concerne tout le monde et ça s'appelle le respect du code de la route". Selon lui, nous avons à apprendre des pays de nord de l'Europe, où la petite reine est vraiment reine sur la route.