"Taisez-vous, on écoute Lola parce qu’elle a des gros seins" : une exposition contre le sexisme ordinaire dans l'architecture

"Être des femmes architectes" est une exposition organisée à l'École nationale supérieure d'architecture de Montpellier. Ce jeudi 22 février 2024 à 18 heures se tient un échange entre l'illustratrice Aude Bellanger et les étudiants pour "briser les stéréotypes et lutter contre le sexisme ordinaire".

"Les salariés, il faut les motiver, les réconforter et les frapper, c'est comme avec une femme." Pas besoin d'en dire plus et pourtant, accompagné de cette phrase se trouve un dessin illustrant la scène dans laquelle celle-ci a été prononcée. Ici, trois hommes en pleine discussion, l'un assis, les deux autres debout.

Voilà seize années qu'Aude Bellanger recueille des témoignages au sein des écoles d'architecture, des chantiers ou des agences pour leur donner vie en illustrations. Du 20 février au 15 mars 2024, ses œuvres sont exposées au sein de l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier (Ensam), en lien avec la Maison de l'architecture Occitanie Méditérannée.

Sexisme ordinaire

Ce jeudi 22 février 2024 à 18 heures à l'ENSAM se tient une rencontre entre l'architecte et illustratrice, le public et les étudiants. L'échange est animé par l'association culturelle de l'école. Objectif : échanger sur les réalités du sexisme ordinaire dans le milieu de l'architecture à partir de ses productions.

Place des femmes dans l'architecture

Le projet a été lancé par l'école pour évoquer la question de la place des femmes dans le secteur de l'architecture. "Dans les 21 écoles d'architecture en France, plus de la moitié des étudiants sont des femmes", explique Pauline Lavigne du Cadet, chargée de communication à l'Ensam.

Pourtant, "très peu de femmes ont leur propre agence d'architecture par rapport aux hommes, même si ça peut être par choix", ne peut s'empêcher de constater la jeune femme.

Selon elle, la tendance s'inverse lorsqu'on compare les effectifs à l'école et ceux au travail.

Impact de l'exposition

Pauline Lavigne du Cadet et Kenia Amaro ont toutes les deux participé à la mise en place de l'exposition. Kenia est diplômée de l'Ensam.

Après avoir vu l'exposition, les deux jeunes femmes dénoncent ces remarques qui peuvent "parfois être insidieuses ou mises sous couvert d'humour mais en tant qu'étudiants on ne se sent pas de pouvoir faire des retours". "Quand c'est écrit ou illustré, tout le monde a conscience que c'est problématique" , complète Kenia.

Quand c'est dans un contexte du quotidien, on ne s'en rend pas compte. À l'écrit, c'est bien plus choquant que de l'entendre ou le voir en pleine situation.

Kenia Amaro

Si aucune d'entre elles n’a subi ce genre de réflexions, elles ont déjà pu en entendre. Kenia raconte "sur le terrain, les femmes sont toujours ramenées à leurs conditions de femmes et non d'architectes, elles sont renvoyées au genre plus qu'à leurs compétences".

Focus sur les femmes

Ce semestre, l'école a donc choisi d'aborder la thématique de la place de la femme dans ce secteur. Le 8 mars 2024, à l'occasion de la journée internationale des droits de la femme, Yann Legouis, enseignant à l'Ensam, organise une table ronde ouverte au public avec six femmes architectes.