"Traitre, minable, pas loyal", la réaction des députés de l'Hérault au soutien de Valls à Macron

Publié le Mis à jour le

Lançant un "appel solennel" aux électeurs de gauche, Benoït Hamon leur a demandé "de réagir" au soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Les députés de l'Hérault, dans leur majorité, sont très sévères. 

Benoît Hamon a fustigé mercredi le "jeu morbide" et la "vieille politique" de Manuel Valls, qui a apporté son soutien à Emmanuel Macron. Le candidat socialiste à la présidentielle a appelé Jean-Luc Mélenchon et les communistes à "unir leurs forces aux (s)iennes".

Sanctionner ceux qui se prêtent à ce jeu morbide

Lançant un "appel solennel" aux électeurs de gauche, Benoït Hamon leur a demandé "de réagir", "de sanctionner ceux qui se prêtent à ce jeu morbide". "Je vous demande en même temps de tourner la page de cette vieille politique, de tourner le dos à ces politiciens qui ne croient plus en rien et qui vont là où le vent va, au mépris de toute conviction", a encore déclaré le candidat PS, quelques heures après que Manuel Valls a apporté son soutien à Emmanuel Macron.

"Parjure, traitre, minable, honteux ..."

Dans l'Hérault, le réactions n'ont pas manqué sur twitter. Le plus violent est peut-être Hussein Bourgi, 1er fédéral du PS dans le département: "Après avoir empêché Hollande, Manuel Valls poignarde Benoît Hamon." 

Il doit tout au PS

Sébastien Denaja, député également, cogne sur Manuel Valls: "Valls n'a pas de métier, il doit tout au PS. Une curieuse façon de le remercier. Ce qui l'interesse, ce n'est pas le sort des français mais son propre sort personnel. Je dis à Emmanuel: méfie-toi car je crains que la prochaine dague de Valls te soit réservée". (Source BFM TV)


Pour Elie Aboud, député, "Macron n'est ni plus ni moins le cardinal du parti socialiste"
 

Au delà du parti socialiste, les réactions sont aussi très dûres dans la région. Pour Patrick Prat, député du Gard, ex-PS: "La signature d'un ancien 1er Ministre vaut peanuts !"
 

En 2007, Georges Frêche écrivait ...

Laurent Jaoul, maire de Saint-Brès et vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole rappelle le livre de Georges Frêche, écrit en 2007: " Il faut saborder le PS"

Le Front national n'est pas en reste que ce soit Gilbert Collard, député du gars, Robert Ménard, maire de Béziers ou Julien Sanchez, maire de Beaucaire. 
 

Benoît Hamon sera en meeting à Montpellier jeudi 30 mars, à partir de 19h au Parc des expositions