VIDÉO. Accouplement sous haute surveillance : un couple de poissons-scies réuni pour se reproduire, l'espèce est menacée d'extinction

Un poisson-scie femelle a rejoint son congénère masculin dans l'Aquarium de Montpellier. Objectifs pour les équipes de Planet Océan : observer les conditions de reproduction de cette espèce en voie critique d'extinction et sensibiliser le public à l'importance de sa protection.

Depuis une semaine, une nouvelle arrivante nage dans les hauteurs de l'Aquarium de Montpellier. 150 kilos, 3,30 mètres de long dont un rostre de 80 centimètres aux dents aiguisées. De la famille des raies, ce poisson-scie femelle a plutôt l'allure d'un requin carnassier.

Son congénère masculin, lui, reste allongé la scie dans le sable, au sol du bassin. Locataire des lieux depuis 2007, il a pris l'habitude de poser devant la vitre et les visiteurs du "Théâtre de l'Océan".

Distantes, les deux bêtes ne semblent pas conscientes de l'enjeu qui repose sur leur couple : depuis plus d'un an, plusieurs aquarium européens travaillent à les réunir dans l'espoir de les voir se reproduire.

durée de la vidéo : 00h00mn18s
Un poisson scie femelle est arrivé à l'aquarium de Montpellier en octobre 2023. ©Jeanne Casez / F3 Occitanie

En danger critique d'extinction

Pristis pristis de son nom latin, le plus long des poissons-scies est en danger critique d'extinction depuis 2013. Traquée pour la valeur de son rostre et de ses ailerons, cette espèce évolue sur les littoraux tropicaux, largement détériorés par l'activité humaine.

En Europe, seuls quatre d'entre eux évoluent en milieu protégé. "On a décidé de réunir les couples pour créer des conditions de reproduction naturelle", commente Nicolas Hirel, le conservateur de Planet Océan Montpellier

La semaine dernière, une femelle a donc été déplacée de l'aquarium de Brest pour rejoindre un mâle à Montpellier, tandis que le deuxième mâle de notre aquarium est parti retrouver sa paire espagnole, à Valence.

Après un an de préparation, 22 heures passées sur la route dans la cuve d'un camion sous haute surveillance, la femelle Brestoise a été replongée dans l'aquarium de Montpellier par une grue, dans la nuit du 16 au 17 octobre.

Des conditions de reproduction méconnues

"Mâle et femelle ont commencé par marquer leur territoire", raconte Nicolas Hirel, qui a d'abord observé quelques "coups de rostre" entre les nouveaux colocataires. "Aujourd'hui, chacun reste de son côté mais ils se disent parfois bonjour", poursuit le spécialiste des espèces océaniques.

Ce qui va suivre tient du mystère. La littérature scientifique renseigne peu sur la reproduction des poissons-scies, ces ovovivipares dont les œufs se développent et éclosent dans le ventre maternel.

Période de fécondité, durée de gestation et taille d'une portée... Ces variables pour l'instant méconnues seront observées de près par les équipes de Planet Océan, qui auront peut-être la chance d'assister à un phénomène inédit en Europe.

Pas de réintégration en milieu naturel

Rien ne garanti que l'accouplement ait lieu. Mais si des naissances devaient survenir, Nicolas Hirel assure que "le premier rejeton ira à Brest". Une manière de remercier l'Océanopolis breton, qui s'est séparé de son seul poisson-scie pour favoriser la conservation de l'espèce.

Aucune progéniture ne sera en revanche réintégrée dans son milieu naturel. Responsable de communication à Planet Océan Montpellier, Léa Coste tient à le préciser : "La reproduction n'est pas la mission principale de l'Aquarium. Le but, c'est avant tout de faire progresser la science et de sensibiliser le grand public à la protection de l'environnement".

Assis sur les gradins du "Théâtre de l'Océan", Rémi et Leslie regardent leurs enfants s'émerveiller au passage des requins. "Les animaux en captivité, ça pose toujours des questions éthiques", commente Rémi. "Favoriser leur reproduction en milieu protégé, pourquoi pas", poursuit Leslie, "mais est-ce qu'on le fait pour nous ? Ou pour eux ?"

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité