Villeveyrac : le centre de sauvegarde de la faune sauvage remet les cigognes sur pied

Deux cigognes ont été recueillies par le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Villeveyrac. / © France 3 Occitanie
Deux cigognes ont été recueillies par le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Villeveyrac. / © France 3 Occitanie

Les cigognes sont nombreuses à traverser en ce moment la région pour leur migration. En route, certaines se blessent parfois. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage, à Villeveyrac dans l'Hérault, est heureusement aux petits soins pour elles.

Par R.D.

Peut-être avez-vous dernièrement vu passer des cigognes au-dessus de votre tête. Elles survolent la région depuis quelques jours : selon les spécialistes, près de 200 cigognes passent chaque année par le département de l’Hérault entre mi-août et le mois d’octobre.

Mais le voyage de certaines d’entre elles est semé d’embûches. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage à Villeveyrac a ainsi recueilli deux spécimens, trouvés épuisés et amaigris en bord de route dans le secteur de Poussan.

"Ce sont deux jeunes oiseaux migrateurs, explique Pierre Maigre, le président de la Ligue de protection des oiseaux de l'Hérault. L’un a heurté quelque chose, est-ce que c’est un véhicule parce qu’il a été trouvé en bord de route, ou est-ce que c’est une ligne électrique, en tout cas il n’y a pas eu électrocution. Le deuxième est un jeune oiseau qui après l’envol du nid, vraisemblablement, a eu du mal à trouver sa nourriture."


Le reportage de Jérôme Gaussen et Valérie Banabéra :
Villeveyrac (34) : le centre de sauvegarde de la faune sauvage remet les cigognes sur pied
Les cigognes sont nombreuses à traverser en ce moment la région pour leur migration. En route, certaines se blessent parfois. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage, à Villeveyrac dans l'Hérault, est heureusement aux petits soins pour elles. - France 3 Occitanie - Reportage : Jérôme Gaussen / Valérie Banabéra


Sur pattes d'ici quinze jours


Après plus de dix jours de convalescence, les deux cigognes sont encore fragiles. Lucyles Yrles, soigneuse au centre, est aux petits soins :

Pour l’instant elles sont dans une volière un peu petite le temps qu’elles reprennent du poids et des forces. Ensuite elles se rééduqueront au vol dans une volière de 40 mètres. C’est important qu’elles se remusclent.


D’ici deux semaines, les deux cigognes devraient être sur pattes, prêtes à reprendre leur envol vers le nord-est, et rejoindre leurs congénères.


A lire aussi

Sur le même sujet

Six semaines sans chauffage ni eau chaude pour les locataires d'un immeuble HLM de Decazeville

Près de chez vous

Les + Lus