Nouvelle opération de nettoyage au lac du Salagou, site touristique héraultais envahi par une algue parasite

Une guinguette au bord du lac du Salagou, site très fréquenté par les touristes comme les locaux dans l'Hérault / © IP3 PRESS/MAXPPP
Une guinguette au bord du lac du Salagou, site très fréquenté par les touristes comme les locaux dans l'Hérault / © IP3 PRESS/MAXPPP

Depuis 10 ans, une plante parasite prolifère au lac du Salagou, dans l'Hérault. Il s'agit d'une algue d'origine sud-africaine très envahissante, à tel point que ceux qui vivent du tourisme doivent régulièrement organiser des opérations de nettoyage.

Par Isabelle Bris

Elle se nomme Lagarosiphon : enracinée dans le sable, sous la surface du lac du Salagou dans l'Hérault, cette plante prolifère depuis dix ans.

Cette algue aquatique sud-africaine, généralement utilisée pour décorer les aquariums, serait tombée dans le lac par accident.

 
Voici le Lagarosiphon : une plante parasite qui prolifère au lac du Salagou, dans l'Hérault. Cette une algue d'origine sud-africaine est très envahissante, elle prend la place des plantes endémiques et perturbe les activités touristiques. / © LIFE CAISIE – IFI
Voici le Lagarosiphon : une plante parasite qui prolifère au lac du Salagou, dans l'Hérault. Cette une algue d'origine sud-africaine est très envahissante, elle prend la place des plantes endémiques et perturbe les activités touristiques. / © LIFE CAISIE – IFI
 

"Il suffit d'un petit bout"


Il ya différents scénarios, affirme Julien Roques, responsable d'un relais nautique, "mais c'est peut être quelqu'un qui a nettoyé son aquarium dans le lac; il suffit d'un petit bout et après ça se développe."

Cette plante est tellement envahissante que régulièrement les professionnels du tourisme qui travaillent autour du Salagou se retroussent les manches pour arracher cette algue à la main et au râteau. 

Ce dimanche, deux sessions de nettoyage ont encore eu lieu, une le matin et l'autre l'après midi.

On racle le fond


"On laisse tomber le râteau qui va venir racler et ramener les algues au bord, après on les découpe et on les laisse sur le bord; un camion de la communauté de commune viendra les récupérer avec un engin adapté dans quelques jours.
explique Youri Danges, responsable d'un camping.

Pour la première fois, la communauté de communes du Clermontais viendra récupérer les tas d'algues sur les rives du lac du Salagou. Elles seront ensuite apportées à la déchetterie verte d'Octon.
 

Une algue qui décourage les touristes


Aux dires des usagers du site, cette plante indésirable dérange les touristes.

"Nous, on est habitué mais il ya pas mal de touristes qui n'aiment pas se frotter aux algues en nageant donc ça décourage un peu de monde."

L'enlèvement de ces plantes aquatiques, inoffensives pour les humains mais désagréables, est plutôt spectaculaire comme en témoigne ce reportage  :
 
 

Un perturbateur pour la faune et la flore locales


Selon le centre de ressources des espèces exotiques envahissantes, le Lagarosiphon a été observé pour la première fois en France dans un milieu naturel en 1940, dans la région parisienne.

Capable de créer des herbiers denses sur de très grandes superficies, cette plante peut modifier les cycles d’oxygène et de pH, ce qui perturbe la vie des poissons.

L'algue est capable de coloniser de grands plans d'eaux au dépend des espèces endémiques qui régressent face à l'envahisseur .

Cette espèce exotique est aussi capable de perturber la plupart des loisirs nautiques, ralentissant ou empêchant les déplacements des bateaux.
 

Sur le même sujet

Les images des manifestations à Barcelone

Les + Lus