Plus de 10 000 euros d'amende, un hypermarché sanctionné pour des défauts d'affichage de prix

Avec l'inflation des deux dernières années, les agents de la DGCCRF ont multiplié les contrôles dans les commerces. La mise en service de la plateforme de signalements automatisés SignalConso a aussi fait bondir le nombre des plaintes de consommateurs. Conséquences, plus d'avertissements et d'amendes administratives distribués, comme pour un magasin de Frontignan.

L'affaire remonte à plus de huit mois. Lors d'une visite du magasin Intermarché, situé dans le centre commercial "Les portes du muscat" à Frontignan, près de Sète, les inspecteurs de la DGCCRF 34, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, ont noté des dysfonctionnements sur les prix en rayon.

L'exploitant du magasin, Sodifro, a été condamné à payer une amende administrative de 10 024 euros.

Des contrôles réguliers dans tous les magasins

La DGCCRF assure la protection des consommateurs, la loyauté des relations commerciales, le respect de la concurrence et le bon fonctionnement de l’économie.

En 2022, plus de 267.000 signalements ont été enregistrés auprès de la DGCCRF. 128.700 visites de contrôles ont été réalisées en France dans 89.000 établissements et sites internet. Elles ont abouti à plus de 38 000 procédures.

  • 22 610 avertissements
  • 7 864 injonctions
  • 2 991 dossiers au pénal
  • 1 646 transactions pénales
  • 1 643 amendes administratives

En cas de problème avec une entreprise, vous pouvez le signaler sur SignalConso.

Dans le cas du magasin de Frontignan, les agents de ce service de l'État ont contrôlé l'établissement, probablement après avoir reçu un renseignement extérieur, comprenez une dénonciation.

Un problème dans l'affichage des prix

Le rapport note des défauts dans l'affichage des prix en rayon. Soit des défauts de concordance des prix entre les prix indiqués en magasin et les prix pratiqués en caisse. Soit un manque d'affichage des prix en magasin.

La directrice de l'hypermarché explique ces erreurs survenues sur des produits alimentaires secs par le système électronique d'affichage.

"Il y a parfois des problèmes de mise à jour entre les données rentrées et les prix affichés. Et quand les piles des étiquettes ne fonctionnent plus, l'affichage est inexistant. Mais c'est rare. Sur des dizaines de milliers de références, on a eu 10 à 15 défauts. En plus, en cas d'erreur, les consommateurs sont indemnisés immédiatement par le service client", précise la directrice.

Cette amende administrative est une première pour le magasin.