Thon rouge : les senneurs de Méditerranée en route pour la campagne de pêche vers les Baléares et Malte

Publié le
Écrit par Fabrice Dubault .

C'est toujours un événement. L'appareillage des thoniers senneurs pour la saison de pêche au thon rouge. 22 bateaux lèvent l'ancre en Méditerranée. La majorité, une quinzaine, part de Sète. Cap sur Malte et les Baléares. Cette pêche est très réglementée avec un quota et un calendrier précis à respecter.

Après les préparatifs des bateaux, à quai à Sète, les thoniers senneurs ont pris la mer ces derniers jours. Direction les eaux des Îles Baléares et celles situées entre Malte et les côtes de la Libye.

Le port de Sète accueille la plus importante flottille de thoniers senneurs de Méditerranée. 15 navires.

Une campagne autorisée du 26 mai au 1er juillet

Branle-bas de combat, quai général Durand, c'est le départ pour le Anne-Antoine 2. Le thonier senneur de 50 mètres de long, au moteur de 1.000 chevaux et 16 cylindres pèse 280 tonnes. Il appareille pour les Baléares, il lui faut une grosse journée de navigation pour rejoindre la zone de pêche en face d’Ibiza.

Son quota 2022 est de 140 tonnes, c'est 5.351 tonnes pour les pêcheurs français de Méditerranée. A bord, un observateur de la ICCAT, la Commission internationale pour la conservation des thonidés, surveillera au poisson près les prises qui ne doivent pas être inférieures à 30 kilos. Seuls les spécimens adultes sont autorisés.

Son rôle, c'est de nous contrôler. Il vérifie chaque capture à chaque pêche et chaque papier de prises. Il est là pour voir que l'on ne fraude pas sur le quota.

Marc Di Rocco, second du Anne-Antoine 2.

Si le temps est beau, la campagne pour ce senneur pourrait se faire en moins de 15 jours. Car il aura alors atteint son quota de pêche pour l'année.

On a un mois pour travailler, alors il faut pas se rater.

Patrick Billière, matelot à bord du Anne-Antoine 2.

Après des semaines de préparation du bateau et du filet, l'air du large attire les matelots.

Des stagiaires pour la relève

L'équipage est composé de 13 matelots. Le filet de plusieurs kilomètres de long est lourd, 30 tonnes à lui seul. Un travail physique.

Ce qui n'effraie pas Mathis, matelot stagiaire, élève au lycée de la mer Paul Bousquet de Sète. Impatient, il va vivre sa première campagne.

Il y a un peu de pluie prévue et du vent mais cela va bien se passer. C'est un gros bateau. Mes parents sont fiers que j'ai pu trouver ce stage. J'ai hâte de partir.

Mathis Laurendon, matelot stagiaire.

Un quota 2022 de 6.012 tonnes pour la France

Depuis 2007, avec les contrôles européens, la ressource s’est reconstituée et le thon est de nouveau là. Le quota alloué aux pêcheurs senneurs de Méditerranée est de 5.351 tonnes cette année. Il est de 601 tonnes pour l'Atlantique et de 60 tonnes pour la pêche de loisir.

Entre 1998 et 2007, 50.000 tonnes de thons rouges étaient pêchées en Méditerranée et en Atlantique, par an. En 2009, le quota est fixé à 13.500 tonnes, avec des contrôles sur les bateaux.
La hausse de la ressource et le lobbying des pêcheurs a permis de relever ce seuil mondial à 28.200 tonnes en 2018, puis 36.000 tonnes à partir de 2020, dont 6.026 tonnes pour la France.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité