VIDEO. "On ne va pas laisser les malades seuls", une petite commune de l'Hérault publie un clip sur les réseaux sociaux pour attirer trois médecins généralistes

Afin d'attirer trois médecins généralistes, la petite commune de Maureilhan, dans l'Hérault, a réalisé un clip vidéo, mis en ligne sur les réseaux sociaux. Le seul médecin du village n'arrive pas à trouver de successeurs. Les patients redoutent de ne plus réussir à se faire soigner.

C'est le dernier médecin en exercice dans la commune. À 67 ans, le docteur Bistuer attend désespérément la relève avant de prendre sa retraite, mais il n'a pas trouvé de successeurs. Alors, à l'approche de son départ, au plus tard d'ici deux ans, l'inquiétude monte chez ses patients.

Le jour où on va vraiment tomber malade et qu'il n'y aura personne pour nous soigner, on ira où ?

Anna, une patiente.

Anna et toute sa famille n'ont connu qu'un seul médecin généraliste : "des médecins comme lui, j'espère qu'il en existe encore parce que c'est un très bon médecin". Alors, elle espère que d'autres praticiens viendront dans la commune : "dès qu'on est malade, de ne pas attendre, de ne pas être sur liste d'attente, des fois il y a des pathologies qu'il faut traiter tout de suite, on veut un médecin qui soit disponible, qui soit là, qui soit présent".

Alex Bistuer exerce à Maureilhan, à 10 minutes de Béziers, depuis 37 ans. Le non-remplacement de ses confrères partis à la retraite et aujourd'hui la perspective de laisser ses patients sans médecin le bouleverse. Il ne comprend pas non plus pourquoi aucun médecin ne veut prendre sa place : "Notre village est près de la mer, la population est très sympathique, fidèle, ils sont compréhensifs. Je ne comprends pas pourquoi le désert médical s'installe. On était quatre médecins jusqu'à présent et petit à petit je me retrouve seul, surtout à un âge où je peux prétendre à la retraite dans quelques temps".

J'ai pas envie de m'arrêter, ça ne presse pas, mais je ne suis pas l'avenir médical de Maureilhan. Il faut trouver une solution, on ne va pas laisser les malades seuls.

Alex Bistuer, médecin depuis 37 ans à Maureilhan.

La majorité des habitants du village n'a déjà plus de médecin traitant et le maire, lui-même, en est privé. Son conseil municipal a beau multiplier les actions, rien n'y fait. Pour attirer des praticiens, la municipalité a injecté 950 000 euros dans la création d'une maison médicale, soit 1/3 de son budget, avec trois cabinets de médecins vides pour l'instant.

À l'autre bout du couloir, seuls des infirmiers, sophrologues, psychologues, ou ostéopathes ont investi les lieux. Alors, pour recruter un, deux, trois médecins dans cette toute nouvelle maison de santé, les habitants ont réalisé un clip où ils vantent la vie à Maureilhan.

"Bienvenue à Maureilhan, on est tous très impatients", scande le clip vidéo. Images de drone à l'appui, habitants et commerçants mobilisés, la vidéo se veut une vitrine du village. Le maire de cette commune de 2000 habitants, située dans le sud-ouest du département de l'Hérault, espère que l'appel à recruter trois médecins généralistes sera entendu par des praticiens volontaires. "Nous essayons de saisir toutes les occasions dans tous les médias", confirme Christian Séguy.

On espère concrétiser avec le recrutement d'au moins un médecin, jeune ou moins jeune, qui puisse assurer la relève des médecins qui partent à la retraite.

Christian Séguy, maire de Maureilhan.

Sur les conditions d'accueil des futurs médecins, le maire affirme faire le maximum : "Nous louons les locaux 500 €, mais sans charges, c'est-à-dire que tout est compris. Maintenant, s'il faut revoir le prix de la location pour séduire encore un médecin de plus, pourquoi pas ? Le prix est déjà déterminé au départ, nous verrons par la suite, rien n'est figé".

Dix jours après sa mise en ligne, le clip vidéo cumulait déjà 2000 vues. Parmi les spectateurs, peut-être un ou plusieurs futurs médecins prêts à s'installer à Maureilhan ?

Ecrit avec Caroline Agullo.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité