L'irrigation des vignes du Gard peut-elle sauver la viticulture de la sécheresse ?

Des printemps secs et des étés de plus en plus chauds, la vigne en Languedoc-Roussillon souffre d'un climat où la séchresse s'impose. Dans le Gard, certains viticulteurs misent sur l'irrigation des vignobles, grâce à l'eau et aux canaux du Bas-Rhône, et cela marche.

illustration
illustration © F3 LR

Au coeur du pays de Sommières, dans l'ouest du Gard, aucune pluie significative n'est tombée depuis près de trois mois.
Si la sécheresse est gage d'un bon état sanitaire du vignoble, elle impose aussi un stress hydrique intense aux vignes, synonyme de petits grains et de faibles rendements. C'est le cas pour cette récolte 2016.

Gilles Sipeyre, vigneron à Cannes-et-Clairan n'est pas inquiet. En début d'année, sa parcelle de Chardonnay a été raccordée au réseau d'irrigation de BRL. Et la différence saute aux yeux.

A gauche de la photo, une grappe issue d'un cep de vigne irrigué par un goutte à goutte, à droite une grappe qui a poussé normalement.

Comparaison entre 2 grappes de Chardonnay, l'une ayant poussé sur un cep irrigué, l'autre pas.
Comparaison entre 2 grappes de Chardonnay, l'une ayant poussé sur un cep irrigué, l'autre pas. © F3 LR

En équipant 1/3 de son vignoble en goutte à goutte avec l'eau du Bas-Rhône, le jeune viticulteur a lourdement investi.
Mais aujourd'hui, il s'y retrouve, car les professionnels gardois annoncent une récolte 2016 historiquement faible, à cause du manque d'eau.

La viticulture pourra-t-elle demain se passer de l'irrigation pour faire face au changement climatique ?


Dans le nord sommièrois, seul 1/4 du potentiel irrigable a été utilisé à ce jour. Mais pour les techniciens qui accompagnent les vignerons, la tendance est irréversible.

Pour maintenir le niveau actuel de production et la même qualité récoltée depuis 15 à 20 ans, sans apport d'eau, ce sera compliqué. Et selon les climatologues, les décennies à venir vont être de plus en plus dures et sèches, donc l'irrigation va devenir un élément majeur du maintien du potentiel de production dans notre région" affirme Bernard Genevet, conseiller viticole à la Chambre d'Agriculture du Gard.

Dans le Gard, 20% du vignoble est irrigué, soit 10.000 hectares, seulement.

durée de la vidéo: 01 min 53
Cannes-et-Clairan (30) : des vignobles tentent l'irrigation ©F3 LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendanges agriculture économie viticulture vins gastronomie environnement société sécheresse météo