La 5G poursuit son déploiement en Occitanie malgré les contestations

Au 3 février, on comptabilisait un total de 1 535 antennes déployées en Occitanie, principalement dans l’Hérault et en Haute-Garonne. Le dispositif reste aujourd'hui très contesté. Deux antennes implantées autour de Toulouse, ont été l’objet d’incendies le 28 janvier dernier.

Une antenne 5G - archives.
Une antenne 5G - archives. © MaxPPP - Jean-François Frey

Depuis plusieurs mois, la 5G s’implante peu à peu sur nos territoires. Les antennes sortent de terre. Mais le sujet est loin de faire l'unanimité. Ce nouveau réseau téléphonique est au coeur de nombreuses polémiques. 

Des antennes incendiées

Avec la puissance des ondes électromagnétiques que la 5G est supposée dégager, elle est particulièrement visée par des opposants à son implantation sur le territoire. En Haute-Garonne par exemple, deux nouvelles antennes-relais ont été touchées par des incendies le 28 janvier dernier autour de Toulouse.

Citoyens et élus se mobilisent pour s'opposer au déploiement de cette nouvelle technologie. En septembre dernier, près de 70 élus de gauche et écologistes ont demandé un moratoire au gouvernement. Parmi les signataires, le maire de Grabels, René Revols (LFI). 

On a aucune compétence pour s’y opposer. Je trouve ça assez incroyable de permettre aux opérateurs d’installer la 5G sur une commune contre l’avis des maires.

René Revols, maire (LFI) de Grabels

Selon lui, "ça nous entraîne sur un tapis d’onde et cela pose des problèmes sur le mode de vie dans lequel on rentre. Ce n’est qu’une opération commerciale pour vendre une nouvelle génération de smartphones. Qu’on commence déjà à couvrir 100% du territoire en 4G avant de passer à la 5G".

Un déploiement inégal

Aujourd'hui, la couverture en 4G est, en effet, très disparate en fonction des territoires. L'Hérault par exemple est couvert à 89% alors que la Lozère ne bénéficie que de 70% de couverture. 

Concernant le déploiement de la 5G, la France compte aujourd'hui 20 611 antennes. Sur l'Occitanie 1 535 antennes ont été déployées selon l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences). La région est à la 5ème place du classement des régions les plus équipées en 5G.

Au sein de l'Occitanie, les départements de la Haute-Garonne et de l’Hérault sont ceux qui comptent le plus grand nombre d’antennes (521 et 317). La Lozère et l’Ariège sont en bas du classement (13 et 23).

Pour savoir si une antenne 5G se trouve près de chez vous, c'est ici.

Des antennes à faible portée

Si les débits promis par la 5G doivent être dix fois plus rapides que la 4G, son implantation en revanche est beaucoup plus "invasive". Les antennes 5G ont en effet une portée très faible. Elle nécessite donc d’installer beaucoup d’antennes pour couvrir tout le territoire. 

Autre inconvénient, ce réseau ultra rapide utilise des fréquences différentes de la 4G. il est donc indispensable de souscrire à un forfait mobile 5G ou à un forfait 4G compatible 5G pour en bénéficier. Il faut également posséder un téléphone compatible avec ce réseau, c'est-à-dire un téléphone récent. 

A ce jour, c'est Free qui se classe en tête des opérateurs ayant déployé le plus d'antennes dans la région. 

"On sait que ça augmente le risque de cancers"

Du côté des médecins, certains s'inquiètent également des effets de ce dispositif. 

Il y a des effets à court terme et des effets à long terme. Pour les patients électrosensibles, eux, immédiatement s'en plaignent, ils ont mal à la tête. Ceux qui ne le sont pas, c'est-à-dire 95% de la population, ne vont pas s'en plaindre. Mais on sait que ça augmente le risque de cancers.

Frédéric Gréco, anesthésiste-réanimateur au CHU de Montpellier, spécialiste des ondes électromagnétiques.

 

Plus de tests pour "rassurer la population"

Face à cette contestation, l’État a demandé à l’ANFR - qui inspecte régulièrement notre exposition aux ondes - d’accroître ses tests en 2021. Sur les 10 000 prévus cette année, la moitié devrait viser les nouveaux réseaux mobiles 5G.

D'ailleurs ce jeudi 4 février, le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, Cédric O, s'est rendu à Montpellier pour une mesure d'onde. L'objectif : "assurer une totale transparence sur le sujet, ce type de mesures est accessible à tous".

Les ondes téléphoniques sont un des sujets  de vérification que l'on connaît le mieux scientifiquement. Depuis 1950, il y a eu 28 000 études sur la question. Il n'a jamais été démontré dans aucune de ces études qu'il puisse y avoir un effet sanitaire en dessous des seuils d'exposition. En France, on a le cadre d'encadrement des seuils d'exposition qui est le plus dur du monde. 

Cédric O, secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
téléphonie économie