Cet article date de plus de 7 ans

Liquidation pour cause d'insécurité: un bijoutier d'Agde quitte le centre ville

Deux braquages en 9 mois. C'est trop pour Vincent Dionisi. Le bijoutier agathois va fermer son magasin, situé au centre-ville. Pendant la liquidation, le commerçant a engagé un vigile pour surveiller la bijouterie. Dans la rue Jean-Roger, les commerces ferment et l'insécurité augmente.
photo: Sylvie BONNET
photo: Sylvie BONNET
Il est encore traumatisé par la dernière agression. Vincent Dionisi n'a pas le choix : il va fermer à la fin du mois. Dans sa bijouterie du centre-ville d'Agde, le commerçant ne se sent plus en sécurité. S'il accepte de faire une opération "liquidation", c'est à la condition qu'un vigile patrouille en permanence avec son chien devant la porte. Un dispositif trop coûteux pour être pérennisé.

"Avant, la rue était très passante et on ne se faisait pas braquer. "
Marie, la mère de Vincent Dionisi, est bouleversée de quitter le magasin familial. Son fils a repris le flambeau depuis 7 ans et elle l'épaule encore mais le coeur n'y est plus. Elle a peur pour son fils. Surtout depuis le dernier cambriolage où les malfrats ont brandi leurs armes dans la bijouterie. 50 000 euros de perte pour l'entreprise (les assurances ne remboursent pas tout) et un traumatisme indélébile.

Une sécurisation trop coûteuse
Il faudrait au moins 40 000 euros pour renforcer la sécurité de la bijouterie avec sas et alarmes. Un investissement important, trop pour un quartier en perte de vitesse. Certes la bijouterie fonctionne bien, d'autant plus que Vincent  Dionisi a su fideliser sa clientèle en réparant les montres. Mais c'est l'ensemble de la zone, et particulièrement la rue Jean-Roger qui est en cause. Des devantures vides, des panneaux " à vendre" ou "à louer". La plupart des commerces ont mis la clef sous la porte. Cette désaffection du centre-ville d'Agde est propice à l'insécurité qui engendre, à son tour, encore plus de désertification. 

A la fin du mois, l'Aigue-Marine fermera ses portes. Le bijoutier espère trouver un nouveau local à Agde, de préférence dans un centre commercial avec beaucoup de passage...tant pis pour les vieilles pierres du centre-ville!
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers banditisme sécurité