Débat à l'Assemblée Nationale sur la variole du singe : le député du Lot Aurélien Pradié accusé d’avoir tenu des propos homophobes

La députée de Paris Sandrine Rousseau demande une sanction contre Aurélien Pradié qui aurait fait preuve d'une "homophobie manifeste" avec une remarque sur la variole du singe. Le député du Lot conteste.

La députée d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Sandrine Rousseau a demandé ce mercredi 3 août à ce que le député LR Aurélien Pradié présente ses excuses et soit sanctionné pour une remarque homophobe dans le cadre d'une discussion sur la variole du singe, maladie qui touche principalement les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes.

Alors que Sandrine Rousseau évoquait le sentiment de honte que le nom de la maladie pouvait provoquer chez les patients, Aurélien Pradié  a fait le commentaire suivant : "C’est surtout une honte pour les singes". C'est ce qu'indique la retranscription de la séance parlementaire.

La députée de Paris  a demandé à " ce qu’il y ait des excuses publiques et que le cas soit étudié en conférence des présidents afin qu’une sanction soit prise au titre de l’homophobie manifeste de cette remarque".

Aurélien Pradié a publié en réponse un commentaire sur Twitter : " Je lutterai toujours contre l’homophobie et toutes formes de discriminations. Toujours. Imaginer une seule seconde que j’ai voulu dire une chose pareille est à vomir. À ceux qui ont pu le croire et être blessés, je dis ma profonde tristesse. Le respect de tous, c’est ma vie".

Sandrine Rousseau fait partie d'un collectif de 200 personnalités politiques, associatives et citoyennes, qui ont signé une tribune pour exiger une commission d’enquête sur la stratégie gouvernementale face à l’épidémie de variole du singe.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité