Homophobie : un journaliste de Toulouse porte plainte après avoir subi "un flot de haine" fait d'insultes et de menaces

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sardain Claire .

La communauté LGBTQIA est régulièrement victime d'agressions verbales ou physiques. Alors, les derniers propos polémiques de la ministre Caroline Cayeux sur "ces gens-là", ont sonné comme une attaque supplémentaire. Le Toulousain Anthony Vella témoigne du dernier acte homophobe dont il a été victime ce dimanche 17 juillet.

L'homophobie, Anthony Vella la vit malheureusement au quotidien. Pas plus tard que ce dimanche 17 juillet, il a subi un flot d'insultes de la part d'un de ses voisins. Alors, quand il entend les propos polémiques de la ministre Caroline Cayeux, il témoigne de sa situation.

Les mots ont un sens

"Ces gens là ", les propos de Caroline Cayeux, ministre déléguée en charge des Territoires, n'ont pas manqué de choquer Anthony Vella, membre de la communauté LGBT. "Ces mots ont un sens pour nous. On se sent totalement pestiférés, et ça fait des années que ca dure. Alors quand on est ministre, on doit faire attention à ses propos et mesurer le sens des mots qu'on emploie."

Anthony Vella est journaliste. Il vit dans un quartier tranquille à Toulouse et depuis la loi sur le mariage pour tous, il n'a pas vu évoluer la société française. "Après le virus du Sida, on continue aujourd'hui avec la variole du singe à répandre l'idée que les homosexuels ont des maladies. Nous sommes avant tout des victimes. Tout cela contribue à la banalisation de l'homophobie."

Un flot d'insultes

Ce dimanche 17 juillet Anthony Vella n'est pas prêt de l'oublier. Il emménage chez son compagnon aidé de son père, quand un voisin l'interpelle à propos d'un désagrément lié à son chien. Mais ce qui devait être un banal conflit de voisinage tourne subitement à l'agression homophobe.

"Il m'a répété pendant 10 mn des insultes homophobes" raconte Anthony. "Ça tournait en boucle : pédé, tarlouze. Et il m'a même menacé "je vais te couper les couilles". J'étais tellement sidéré par ce flot de haine que j'ai sorti mon portable pour enregistrer ses propos."

Le voisin insulte aussi le père d'Anthony, présent sur les lieux : "tu n'as pas honte ? Comment un père peut accepter un fils pédé ? tu dois en être un aussi."

Pour Anthony, qui a déjà du faire accepter son homosexualité à son père, c'est trop : "le plus dur pour moi c'est qu'il s'en soit pris à mon père. Il était profondément choqué par ce déferlement de haine. Il va en garder des traces"

Plusieurs personnes ont assisté à la scène. Aucune n'est intervenue.

Une plainte déposée

Anthony a décidé de porter plainte au commissariat de Toulouse : "Les policiers m'ont écouté avec attention pendant une bonne demi heure. Ils ont été très bienveillants et ils m'ont même donné un numéro de téléphone pour contacter le pôle psychologique. "

Ce lundi 18 juillet, Anthony a pris contact avec le pôle psychologique : "J'ai peur maintenant, peur qu'il se venge sur mon chien, peur qu'il y ait des représailles en rentrant chez moi ce soir. Je suis la victime, mais je suis obligé de prendre des mesures pour réorganiser ma journée et éviter de le croiser à nouveau."

Ce n'est pas la première fois qu'Anthony est agressé verbalement en raison de son homosexualité. Ce lundi, il a reçu le soutien des associations de défense des droits LGBT et de plusieurs personnalités politiques.

Il a décidé d'aller au bout de ses démarches judiciaires à l'encontre de son voisin, quitte à demander au tribunal une mesure d'éloignement, s'il devait subir de nouvelles menaces ou violences verbales de la part de cet homme.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité