Le mouvement complotiste One Nation abandonne son projet d'installation dans le Lot

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt
Alice Pazalmar et son compagnon Sylvain, figures du mouvement complotiste et antisystème One Nation, promettaient d'acquérir ce domaine de 200 hectares situé dans le Lot e évalué à 800.000 euros.
Alice Pazalmar et son compagnon Sylvain, figures du mouvement complotiste et antisystème One Nation, promettaient d'acquérir ce domaine de 200 hectares situé dans le Lot e évalué à 800.000 euros. © Capture d'écran - FTV

Un mois après l'annonce de son projet d'installer une communauté à Sénaillac-Lauzès dans le Lot, le mouvement complotiste One Nation a décidé, dimanche 24 octobre, de jeter l'éponge. La mouvance explique sa décision en raison d'"un climat d’hostilité pré-fabriqué" et d'"une guerre déclarée".

L'abandon du projet d'acquisition d'un domaine à Sénaillac-Lauzès (Lot) a été annoncé, officiellement, dimanche 24 octobre sur son site internet par One Nation. "Ce projet de paix aurait eu grande difficulté à déployer son harmonie dans un climat d’hostilité pré-fabriqué. (...) OneLab ne se fera pas à Senaillac-Lauzès, car une guerre a été déclarée, bien que d’un seul côté" déclare le mouvement complotiste. 

L'information a été révélée deux jours plus tôt par le site Debunkers des rumeurs/hoax d'extrême droite. Dans un mail adressé aux 650 donateurs de la cagnotte lancée sur le site HelloAsso afin de financer cette opération évaluée à 750 000 euros, la mouvance complotiste explique cette décision avant tout en raison de la préemption du bien, situé sur la commune lotoise, par la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer). 

La préemption de la Safer met fin à la vente

"Gratitude infinie pour la rapidité surprenante avec laquelle la SAFER a mis fin à cette vente. Cette porte de sortie était l’option la plus paisible pour clôturer ce premier épisode", commente Alice Pazalmar, de son vrai nom Alice Martin Pascual, et son compagnon Sylvain "Outlow" Charles, confrontés également à une forte opposition locale.

La fin d'un "premier épisode" car l'histoire n'est sûrement pas terminée. Accusant les journalistes de porter "la responsabilité d’avoir effrayé les âmes tranquilles du village avec votre vision distordue de la réalité", les membres de One Nation tirent des enseignements de ce projet avorté : "Ceux qui doutaient de la pertinence ou de la faisabilité d’un tel projet ont pu mesurer qu’une partie de l’humanité est parfaitement prête à embrasser ce nouveau paradigme. Cette utopie est parfaitement réalisable. Ce non-projet, porte bien son nom, sa non-réalisation va donner naissance à une multitude de vrais projets libérés des faux obstacles que l’on se crée nous-mêmes. Nous souhaitons bonne chance à quiconque cherche le moyen de stopper cette grande vague naissante d’Amour et de bon sens, car elle a développé sa puissance dans les invisibles profondeurs de l’océan de la vie."

Un nouveau projet, plus discret ?

L'idée de créer "un centre d’art, de science et de vie" semble plus que jamais d'actualité. Dans son message du 24 octobre, One Nation laisse en effet sous-entendre qu'une autre solution aurait été trouvée : "OneLab ne meurt pas, son existence va continuer à être alimentée dans le royaume de l’imaginaire jusqu’au jour où un lieu accueillant portant exactement cette vision s’ouvrira. Il n’y aura plus qu’à venir s’installer en n’oubliant pas sa maison.  Ça te laisse du temps pour te préparer 😉. D’ailleurs… Ce lieu, c’est peut être toi qui vas l’initier ? Un peu plus discrètement que nous probablement 😇.

Un projet qui ne se lancera probablement pas au grand jour sur internet, mais sur d'autres canaux, comme Telegram, sur lesquels Alice Pazalmar et Sylvain Outlow s'expriment plus librement, loin des yeux du grand public.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.