Vidéo L214 contre le gavage : l'exploitation incriminée était vide lors de la visite des enquêteurs

Avec la diffusion de sa nouvelle vidéo, l'association L214 a déposé plainte contre une salle de gavage dans le Lot. Elle dénonçe la maltraitance subie par les canes qui y étaient élevées. Après enquête, le procureur annonce qu'il n'y a plus aucun canard sur l'exploitation.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des canes malades, laissées pour mortes, blessées et gavées dans d'atroces conditions... La dernière vidéo diffusée par L214 est difficile à regarder. D'après l'association, ces images ont été tournées dans une exploitation située à Lacapelle Marival dans le Lot. Elle dénonçait la maltraitance animale pratiquée dans des salles de gavage et visait à la demande d'interdiction de ces pratiques via une pétition

"Aucun palmipède"

La veille de la mise en ligne de cette vidéo, L214 déposait plainte auprès du parquet de Cahors pour ces mêmes faits. La brigade de recherches de la gendarmerie de Figeac et les agents des services vétérinaires de la préfecture du Lot se sont alors rendus sur l'exploitation. Le procureur annonce qu'elle "ne contenait aucun palmipède".

"À ce stade, si l'enquête est toujours en cours, les premières constations n'ont entraîné aucune mesure conservatoire aussi bien judiciaire qu'administrative", précise le procureur de la République, Alexandre Rossi. 

Suite à la diffusion de cette vidéo, le groupement de producteurs La Quercynoise, pour qui l'exploitation incriminée produit le foie gras, a insisté sur le fait que les pratiques montrées dans la vidéo "ne reflètent pas la réalité de l'élevage palmipède français. Elles ne correspondent pas du tout à ce que nous souhaitons faire en terme d'élevage".

Dans sa vidéo, L214 précise que ses images datent du 22, 23 et 24 novembre, soit un mois avant la visite des services vétérinaires et des enquêteurs.