Marche des proches des otages français d'Arlit pour marquer leurs trois ans de détention

Publié le Mis à jour le
Écrit par Véronique Haudebourg
Les 13 marcheurs ont sillonné paris pour remettre des lettres dans des endroits symboliques
Les 13 marcheurs ont sillonné paris pour remettre des lettres dans des endroits symboliques © AFP

Treize proches des otages enlevés au Niger ont marché symboliquement dans la nuit de dimanche à lundi à Paris et en proche banlieue pour marquer le troisième anniversaire de l'enlèvement des quatre Français, dont le Lotois Daniel Larribe, capturés à Arlit le 16 septembre 2010.

##fr3r_https_disabled##Pour marquer les trois ans de détention de Thierry Dol, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand, treize de leurs proches - épouse, membres de la famille et amis - avaient entamé à 03H00 du matin une marche d'une quinzaine de kilomètres.
durée de la vidéo: 01 min 55
Otages : les actions de soutien après 3 ans de détention


Françoise Larribe, otage avec son mari avant d'être libérée au bout de 160 jours de détention

Trois ans d'une vie brûlée. C'est quelque chose d'inimaginable, d'inacceptable


Des étapes symboliques


Les proches des otages avaient décidé de s'arrêter en différents points symboliques, comme les sièges des entreprises françaises auxquelles appartiennent les otages (Areva, Vinci) et différents lieux de pouvoir (Elysée, Sénat, Assemblée nationale) pour y remettre une lettre à chacune de leurs étapes.

Première étape du périple urbain et noctune : les marcheurs ont remis au siège de Vinci à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) une lettre au PDG du groupe, Xavier Huillard, présent pour "témoigner de son profond espoir".

Après s'être arrêtés au siège d'Areva à la Défense (Hauts-de-Seine), ils ont ensuite déposé vers 7h30 à l'Elysée une lettre adressée au chef de l'Etat, François Hollande. Celui-ci avait déclaré la veille au soir sur TF1 avoir "des preuves (de vie) des quatre Français. "Je sais ce que ça représente pour les familles. Je les ai reçues plusieurs fois", a-t-il ajouté. "Je peux leur dire, je dois leur dire que nous faisons tout pour aller les chercher".

Ils devaient terminer leur périple au Quai d'Orsay et remettre au ministère des Affaires étrangères un manifeste signé par plus de 12.000 personnes.

"Faire pression"


Dans les missives déposées, une série de questions est adressée aux responsables politiques et chefs d'entreprise, notamment sur le choix et l'efficacité d'une nouvelle filière de négociations explorée par le pouvoir.

Frédéric Cauhapé, beau-frère de Marc Ferret, après avoir remis la lettre à un membre du cabinet de François Hollande

Il faut faire pression. Il faut qu'on en parle. La lettre fait partie de ce dispositif


Le Quai d'Orsay a fait savoir dimanche qu'"à la demande de Laurent Fabius", le ministre des Affaires étrangères, en déplacement en Asie, les familles des Français enlevés à Arlit seraient reçues par le directeur du centre de crise au terme de leur marche symbolique. Un "point de situation" sera fait lors de cette rencontre, a précisé le ministère dans un communiqué, assurant de "la détermination et de la mobilisation des services de l'État pour obtenir la libération" des otages.

Ce lundi matin, les portraits des quatre otages détenus au Sahel par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) seront dévoilés à Paris, sur la place de la mairie du IVe arrondissement en présence d'élus de la capitale.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.