Lozère : un veau mutilé dans un élevage de l'Aubrac

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Bonnet

Macabre découverte mercredi matin en Lozère près de Saint-Chély-d'Apcher. Un éleveur des Bessons a retrouvé un de ses veaux mutilé. L'animal a eu les oreilles et la queue abimées et coupées. La profession s'indigne de cet acte de cruauté qui rappelle ceux subis par les chevaux actuellement.

C'est dans le massif du Truc de l’Homme, près de Saint-Chély d'Apcher que ce fait divers sordide vient d'avoir lieu. Hier mercredi, un éleveur de la commune des Bessons parti voir son troupeau sur l'Aubrac pour la surveillance quotidienne a retrouvé un de ses veaux mort sur le sol, les deux oreilles et la queue mutilées. Si quelques blessures semblaient laisser planer le doute sur une attaque animale éventuelle, une des oreilles, très nettement sectionnée semblerait prouver l'origine humaine. Des charognards auraient ensuite pris le relai.

Les faits constatés par la gendarmerie

L’éleveur des Bessons a aussitôt contacté la gendarmerie et son vétérinaire qui sont venus constater l’horreur des faits. Au lendemain de la mutilation, des voix nombreuses s'élèvent parmi les agriculteurs de Lozère pour dénoncer la barbarie de cet acte:

 La profession est dans l’indignation, la colère et l’incompréhension face à de tels actes. Il faut trouver les coupables avant qu’ils ne fassent d’autres victimes. 

Jean-François Maurin, président de la FDSEA 48

L'éleveur des Bessons victime de l'attaque possède une petite exploitation familiale de moins de 50 vaches.Il a porté plainte et les gendarmes enquêtent.

Les éleveurs demandent l'intervention de l'Etat

Du côté des Jeunes Agriculteurs lozériens, cet acte de Barbarie est une atteinte de plus à une profession déjà bien impactée par de nombreux problèmes. Des cours de la viande trop faibles aux attaques de troupeaux par des prédateurs, les éleveurs n'avaient pas besoin de cette menace supplémentaire, comme nous l'explique Vincent bonnet, le président des JA48:
"Ces actes de cruauté qui s’intensifient sur le territoire sont inacceptables ! Nous demandons à l’Etat de mettre en place des mesures strictes pour stopper ce carnage ! Au-delà de la souffrance animale, il faut aussi penser aux éleveurs qui ne comptent pas leurs heures pour leurs animaux." 

Pour nous, c'est choquant! On a entendu parler de ces mutilations dans les médias nationaux et s'aperçoit qu'il y a des malades partout! Nous les éleveurs, on s'améliore de jour en jour sur le bien-être animal et là, c'est terrible!

Vincent Bonnet. Pst JA 48

Le représentant des Jeunes agriculteurs appelle à la vigilance tous les éleveurs afin de prévenir, si possible de nouvelles mutilations. Et espère que les gendarmes trouvent rapidement les coupables pour les juger à la hauteur du préjudice.