• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nouvelle attaque d'un troupeau de brebis au Mont Lozère

Les éleveurs sont pratiquement certains que leurs brebis ont été victimes d'un loup / © DR
Les éleveurs sont pratiquement certains que leurs brebis ont été victimes d'un loup / © DR

Le groupement pastoral de Finiels, sur le Mont Lozère, a connu une nouvelle attaque sur son troupeau de brebis ce week-end. Deux bêtes ont été tuées, et 3 devront être euthanasiées après avoir été blessées à la gorge. Les éleveurs dénoncent le loup et réclament l'intervention de la préfecture. 

Par Emma Derome

Deux brebis ont été tuées, et trois ont été gravement blessées, sur le point culminant du Mont Lozère. Probablement l'attaque d'un loup, selon les éleveurs qui les ont découvertes, certaines encore à l'agonie. Le prédateur aurait agi samedi matin, alors que les brebis étaient dans le bois, mises à l'abri de la pluie.

Le groupement pastoral de Finiels comprend 2600 brebis pour quatre éleveurs. Certaines ont du s'égarer, échapper à la surveillance du berger. 

Je pense que c'est le loup, parce que ça correspond à son mode opératoire que j'observe depuis 8 ans maintenant. Il surgit quand une brebis s'éloigne du troupeau, quand il pleut ou qu'il y a du brouillard. C'est très facile quand on a une estive très vaste, de près de 800 hectares.
- Olivier Maurin, éleveur de brebis à Prévenchères

 

Les trois brebis blessées vont sûrement devoir être euthanasiées. C'est la troisième attaque qu'ils subissent depuis le 23 juin, jour où les brebis ont été mises en estive, soit en liberté sur les pâturages. Les recherches continuent pour retrouver d'autres éventuelles victimes. 

"On ne fait pas ce métier pour ramasser des cadavres tout l'été", fulmine Olivier Maurin, éleveur e brebis et président de la Fédération nationale de défense du pastoralisme. Il demande à la préfecture d'intervenir. 

Nous avons fait une demande à la préfecture pour bénéficier de l'intervention d'un lieutenant louvetier armé, qui accompagnerait le troupeau de 8 heures à 21 heures et qui serait habilité à tirer sur le loup s'il attaque.
- Olivier Maurin


Il faut déjà que la préfecture accède à cette demande. Et que cela suffise à éloigné le loup des brebis, déjà gardées par deux éleveurs et un berger

L’an dernier, les éleveurs avaient déjà dû faire face à cette situation. 17 brebis avaient alors été tuées et une trentaine portées disparues.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus