Train de l’Aubrac : circulation interrompue entre Neussargues et Saint-Chély d’Apcher pour une durée indéterminée

Depuis ce jeudi, la ligne SNCF est complétement à l’arrêt entre Neussargues, dans le Cantal et Saint-Chély d’Apcher, en Lozère. Cette interruption de trafic met à mal des centaines de lycéens qui utilisent chaque jour la ligne, mais aussi l’économie lozérienne. Explications.
Le train de l'Aubrac, une liaison menacée qui relie Béziers à Clermont-Ferrand via Neussargues
Le train de l'Aubrac, une liaison menacée qui relie Béziers à Clermont-Ferrand via Neussargues © FTV
La semaine dernière, le tronçon Bédarieux – Marvejols était complétement à l’arrêt sur la ligne SNCF Béziers, Neussargues, Clermont-Ferrand, Paris. Cette semaine c’est au tour du tronçon Neussargues, Saint-Chély d’Apcher d’être à l’arrêt pour une durée indéterminée. La raison ? Des défauts importants sur les voies auraient été observés sur cette ligne par l’engin SNCF Surveille, nécessitant un arrêt immédiat. En effet, SNCF Réseau affirme que "des inspections de voies ont été réalisées à la fin du mois de novembre, des défauts ont été observés et donc des travaux sont engagés pour sécuriser ces voies.

   

Vers une fermeture de ligne définitive ?

La situation agace de plus en plus les syndicats qui craignent une fermeture définitive de la ligne : "On se demande si ce n’est pas un calcul de la part de la SNCF pour fermer définitivement cette ligne. On se demande s’ils ne font pas de la « sur sécurité » pour prouver que cette ligne doit fermer".

Cet été déjà, la ligne avait été coupée pour travaux. La circulation avait pu reprendre au mois de septembre : « Pourquoi aujourd’hui, il y a autant de défauts alors que des travaux de rénovation ont été réalisés sur cette voie ? » En effet, plusieurs millions d’euros ont été investis par l’Etat et les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes pour la rénovation de ces voies.

300 à 400 lycéens utilisent la ligne chaque jour  


Sur cette ligne, des centaines de lycéens transitent chaque jour pour se rendre dans des lycées de la Lozère ou de l’Aveyron :

Il y a eu des choses mises en place la semaine dernière pour ces lycéens, mais si la ligne disparaît, que va-t-il se passer, comment vont-ils faire ?

Frédéric Laur, représentant syndicat des cheminots à Millau

Une menace pour l’économie lozérienne


Pour les syndicats, au-delà de la menace qui pèse sur les populations locales, l’industrie lozérienne pourrait également être mise à mal, en particulier l’usine Arcelor-Mitall. La fermeture de la ligne pourrait entraîner la mise en circulation de centaines de camions pour effectuer le transport des marchandises ou voir même la délocalisation de l’usine, et ses 370 emplois aujourd’hui à Saint-Chély d’Apcher. 
Aujourd’hui, l’incertitude règne sur la date de remise en circulation de cette ligne.
   

Ligne historique


Électrifié en 1932, le train de l’Aubrac est un Intercité qui relie chaque jour Béziers à Clermont-Ferrand via Neussargues et la ligne des Causses. Son nom vient du plateau Aubrac qu'il traverse.

Assurée en rame Corail jusqu'en 2009, la liaison est désormais effectuée en autorails loués auprès de différentes régions possédant ce type de matériel (Auvergne, Alsace et Rhône-Alpes, notamment). Cette ligne est concurrencée par l'Autoroute A75, qui est gratuite sur une grande partie de son parcours.

Des nombreux usagers, élus locaux, cheminots se battent depuis des années pour préserver cette liaison ferroviaire, jugée indispensable à la vie des zones rurales.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports entreprises finances travaux ferroviaires sncf