• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Manuel Valls attendu dans le Gard à Vauvert

Manuel Valls à Trèbes dans l'Aude en juin 2014 / © MAXPPP
Manuel Valls à Trèbes dans l'Aude en juin 2014 / © MAXPPP

Manuel Valls retourne dimanche à Vauvert dans le Gard, un an après y avoir prononcé, comme ministre de l'Intérieur, un discours précurseur sur le "réformisme assumé". Il sera en Camargue sur le terrain du FN dans la ville du divers gauche Jean Denat, à la veille de ses 100 jours à Matignon.

Par AFP

Deux semaines après un déplacement politique --hors fonctions officielles de Premier ministre-- dans l'Aude, le chef du gouvernement renouvelle
l'exercice du banquet champêtre socialiste dans le Midi, cette fois dans un mas au pays des chevaux et des taureaux.

Objectif du discours de Manuel Valls (prévu vers 13H30) : veiller à ce que "la réflexion accompagne toujours l'action", selon son entourage, alors qu'il passera mardi le cap des 100 jours à Matignon.
"L'idée c'est d'être dans l'étape d'après, après le Conseil national (du PS) où il pose le diagnostic lucide et grave que la gauche peut mourir. Maintenant, il
s'agit de dire comment la gauche peut se régénérer" et "ça, c'est la réforme", souligne-t-on à Matignon.

La Camargue terre du FN, Vaucert ilôt socialiste

Dans un département où le Front national est arrivé en tête avec 32,8% des voix aux européennes (plus que UMP et PS cumulés) et dans la circonscription où a été élu en 2012 un des deux députés frontistes, Gilbert Collard, Manuel Valls devrait également s'exprimer sur la réponse à la percée du FN.
"On ne peut pas laisser le Front national comme seul totem clairement identifié, avec ses réponses tronquées et dangereuses", selon l'équipe du Premier ministre.
"La droite peine à se relancer, on ne lui jette pas la pierre parce que la gauche était exactement dans le même état en 2007, donc la gauche prend ses responsabilités après deux défaites sévères".

La petite ville camarguaise, dont le maire élu en mars Jean Denat est un ami de longue date du Premier ministre, va-t-elle devenir le nouveau rendez-vous "rituel" du vallsisme, comme l'envisagent certains proches ?

"Réformisme assumé"

"Ritualiser, on verra", s'amuse le sénateur socialiste Luc Carvounas, fidèle du chef du gouvernement, qui rappelle que Manuel Valls était déjà venu en 2011 à Vauvert lors des primaires socialistes en vue de la présidentielle.
Il y a un an, le 13 juillet 2013, Valls l'amateur de corrida était venu marquer au fer rouge un taureau, dans une scène que certains avaient comparée à l'image d'un Nicolas Sarkozy à cheval sur ces mêmes terres camarguaises en 2007.

Le natif de Barcelone y avait surtout élaboré une définition du hollandisme, avec déjà les grandes lignes de la stratégie mise en place depuis son arrivée à Matignon le 31 mars.
"La méthode, lançait-il, c'est celle d'un réformisme assumé et non plus honteux, un réformisme qui a fait le choix d'affronter les problèmes par la face nord plutôt que de raser les murs masquant les dures réalités du pays".
L'ambition? "Pouvoir dire un jour au peuple de France qu'il est de nouveau possible de croire en l'avenir après avoir cessé d'espérer", expliquait celui qui était déjà pressenti pour remplacer Jean-Marc Ayrault à un moment du quinquennat.

Les 100 jours 

Un an plus tard, Manuel Valls boucle ses 100 premiers jours à Matignon. Trois mois marqués par une nouvelle déroute socialiste aux européennes, un bras de fer avec les députés frondeurs, des exercices de fermeté (grèves SNCF, réforme territoriale) et de "pragmatisme" (intermittents, écotaxe, compte pénibilité...) Restent des indicateurs économiques et les chiffres du chômage, toujours très inquiétants, même si la popularité, encore très faible, de François Hollande semble connaître une petite éclaircie, selon les derniers sondages.
"Tout est fragile mais on constate qu'il y a un mouvement qui se crée. Il y a une France qui se débloque même si l'enlisement demeure un risque très important", affirme-t-on à Matignon.

Mende samedi

Le premier ministre se rend à Mende en Lozère samedi après-midi.
Manuel Valls participera au rassemblement technique national des jeunes sapeurs-pompiers
en présence de Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur,
au complexe sportif Jean-Jacques Delmas à Mende

15h45 Arrivée de Manuel VALLS et de Bernard CAZENEUVE

15h50 Démonstration d’épreuves par des jeunes sapeurs-pompiers
Pool média

16h15 Echange avec des jeunes sapeurs-pompiers sur la thématique du volontariat

17h00 Cérémonie de clôture
Allocution de Manuel Valls, Premier ministre.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus