• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ménard à Béziers lance “oz ta droite”

Robert Ménard maire de Béziers en janvier 2016 / © PASCAL GUYOT / AFP
Robert Ménard maire de Béziers en janvier 2016 / © PASCAL GUYOT / AFP

Robert Ménard lance un mouvement baptisé "Oz ta droite". Ce n'est pas un parti politique assure le maire de béziers proche du Front national.

Par AFP

Le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Front national annonce le lancement  du "mouvement citoyen" baptisé "Oz ta droite".
"Ce ne sera pas un parti politique", a-t-il assuré à quelques jours des "rendez-vous de Béziers", qui doivent réunir à partir de vendredi pour
trois jours différentes personnalités et mouvements proches de l'extrême-droite.

"Ce sera un mouvement de citoyens" - ces derniers n'appartenant pas "qu'à la gauche" - qui fera "des propositions, une cinquantaine environ, aux candidats" à la présidentielle.


Présentant les "rendez-vous de Béziers", M. Ménard a affirmé que les 27, 28 et 29 mai, 1.800 inscrits vont se réunir pour imaginer "des idées de rupture que la droite pourrait porter et que le rassemblement des droites portera".

"Ce ne sera pas un programme de gouvernement", a insisté le maire de Béziers. "Dimanche, à l'issue de ces trois jours de rencontres, une ou plusieurs personnes seront désignées pour porter ces propositions et en faire la promotion", a ajouté M. Ménard, n'excluant pas d'être celui qui portera ce mouvement.

"Sans le FN nos idées ne gagneraient pas, mais sans nos idées le FN ne gagnera pas", a lancé M. Ménard. "Nous verrons si ce parti se sert de ce qui va ressortir de ce week-end".

Une autre politique

"Nous voulons faire de la politique différemment. C'est la raison pour laquelle nous avons choisi de faire tout ça ici", a poursuivi M. Ménard, présentant Béziers comme "un exemple" démontrant que "nous pouvons tous travailler ensemble avec des
sensibilités différentes".
"Durant ces trois jours, nous allons dire ce que c'est qu'être de droite", assure M. Ménard, ancien président de Reporters sans frontières, qui a conquis la mairie de Béziers il y a deux ans avec le soutien du FN et à la faveur d'une triangulaire.
"Nous sommes persuadés que la bataille culturelle est en passe d'être gagnée par la droite, mais qu'elle ne sait pas la mettre en avant. Nous allons tout traduire sur le terrain pour ne pas attendre 2022", a encore ajouté le maire de Béziers.

"Nous n'excluons rien pour nous faire entendre, mais nous ne servirons de marche pied à aucun candidat".

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus