Cet article date de plus de 4 ans

Mexico : Morante enchante

Trois millions de personnes sont rassemblées ces jours-ci à Mexico tout au bout de l'Avenue des Insurgés, près de la basilique de Guadalupe, où en 1531 la Vierge était apparue à Juan Diego, un Indien converti. Mais hier le miracle a eu lieu 17 kilomètres au sud, dans les arènes : Morante toréait! 
Morante de la Puebla et "peregrino", n° 337 de Teófilo Gómez. Probablement la plus belle faena de Morante à la Mexico.
Morante de la Puebla et "peregrino", n° 337 de Teófilo Gómez. Probablement la plus belle faena de Morante à la Mexico. © Luis Felipe Hernández
Des millions d'habitants, une pollution de l'air qui fait passer les mesures parisiennes de circulation alternée pour d'aimables divertissements et la misère tout à côté de l'opulence. Mexico DF est la capitale de tous les records.

Son artère pricipale, Avenida de Los insurgentes, qui la traverse du sud au nord est la plus longue du monde : près de 30 kilomètres!. Elle commence à la sortie de l'autoroute de Cuernavaca et se termine au pied de la Basilique, près des pyramides de la Lune et du Soleil, à Tehotihuacán la ville "où les hommes se transforment en dieux". 

À mi-chemin, les arènes. Les plus vastes du monde, évidemment. 

La feria de la Guadalupe est une série de 3 corridas. Avant-hier samedi, pour la première, seul Diego Silveti s'est sauvé du naufrage. Une oreille devant un maigre public. Aujourd'hui, on attend beaucoup du solo de Joselito Adame, le torero mexicain le plus à même de rivaliser avec les meilleurs.

Mais hier dimanche, devant 15000 spectateurs (1/3 de la capacité des arènes, la meilleure entrée de la saison pour le moment), Morante a toréé comme lui seul sait le faire. Ceux qui ont déjà eu l'occasion d'assister à "ça" savent ce que nous voulons dire. Les autres peuvent se faire une idée en regardant les vidéos postées sur FaceBook par NTR Toros.

Dimanche 11 décembre 2016
Mexico (DF)
Plaza Monumental, huitième corrida de la Temporada Grande, deuxième de la feria de la Virgen de Guadalupe
Toros de Teófilo Gómez, le meilleur étant le 4, Peregrino, 520 kilos, dont le combat (remarquable sur la corne droite surtout) fut primé par un arrastre lento.

Gerardo Rivera, sang de toro et or (confirmation d'alternative) : salut et silence
Morante de la Puebla, lilas et jais : silence et deux oreilles (une partie du public réclamant la queue)
José María Manzanares, bleu marine et or :  silence et salut.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie