Montpellier : un tableau de Pierre Soulages vendu aux enchères à 1,3 million d'euros

Ce samedi 8 mai à 14h, l’hôtel des ventes de Montpellier a organisé une vente aux enchères. 207 lots étaient proposés à la vente, parmi ces lots, un tableau de Pierre Soulages, issue d’une collection privée, vendu 1,3 millions d'euros.

La peinture de Soulages, en vente à Montpellier, est estimée entre 500 000 et 800 000 euros - 8 mai 2021
La peinture de Soulages, en vente à Montpellier, est estimée entre 500 000 et 800 000 euros - 8 mai 2021 © FTV - Sébastien Banus

Une œuvre du peintre aveyronnais Pierre Soulages, datant de 1975, était proposée aux enchères ce samedi 8 mai à l’hôtel des ventes de Montpellier. L’œuvre a été vendue à 1,3 millions d'euros. Elle était estimée entre 500 000 et 800 000 euros mais elle s'est vendue plus chère, comme ce fût le cas pour une de ses œuvres datant de 1960 vendue 9,6 millions d’euros et estimée entre 4 et 6 millions d’euros : "L’œuvre est une période charnière entre "broux de noix" et "l'outrenoir" , de Soulages, c’est une œuvre rare dans sa production, les fonds bleus sont lumineux. Nous sommes dans une période qui n’est pas triste, donc c’est une œuvre rare. Elle est estimée entre 500 000 euros et 800 000 euros et nous espérons au moins être dans cette fourchette-là", avait confié Bertrand De Latour, commissaire-priseur, avant la vente. 

Une toile emblématique

La toile de 100 x 81 cm, a été réalisée le 16 avril 1975 par le peintre aveyronnais. Elle a été acquise juste après sa réalisation par des collectionneurs montpelliérains. Depuis l’œuvre était précieusement gardée par ces collectionneurs dans leur bureau : "Elle a été exposée dans une galerie montpelliéraine de l’époque et elle a été achetée par un particulier montpelliérain qui l’a exposé dans son bureau. La peinture n’est jamais sortie de son bureau. Donc il y a une fraicheur, un état impeccable de ce Soulages, qu’on appelle « sorti d’atelier ». Il est dans un état de conservation superbe," nous confie Bertrand De Latour, commissaire-priseur de la vente. 

Picasso, Buffet et Combas 

Pour cette vente, d’autres œuvres emblématiques ont été sélectionnées par les commissaires-priseurs Bertrand de Latour et Jean-Christophe Giuseppi. Une peinture historique de Camille Corot, issue de la vente de l’atelier de Corot à l’Hôtel Drouot en 1875 et restée dans la même collection depuis 50 ans. 

Des œuvres de Boudin, Pieter, Buffet, Combas et aussi Picasso étaient proposées à la vente. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture économie finances peinture