• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nîmes, feria de Pentecôte. Le dimanche de Juan Bautista

Padilla a fait le show l'après midi. Juan Bautista a fait le toreo le matin. / © Vinicious de Globo
Padilla a fait le show l'après midi. Juan Bautista a fait le toreo le matin. / © Vinicious de Globo

Ce dimanche à Nîmes, on attendait Padilla pour sa dernière corrida. "Le Pirate" a fait son show et a coupé les oreilles. Certes. Mais le torero du jour, c'est Juan Bautista. Avec l'épée et la cape, il a donné deux grandes leçons de tauromachie.

Par Joël Jacobi

Une estocade a recibir d'anthologie au troisième Juan Pedro de la corrida matinale. Et une série de delantales dans un mouchoir de poche pour recevoir le cinquième. Juan Bautista en deux moments particulièrement intenses de tauromachie de très haut niveau a démontré une nouvelle fois quelle dimension avait atteint son art.

Le reste de la journée, hélas, est déjà oublié. Les Juan Pedro du matin et les Núñez del Cuvillo du soir étaient d'une docilité confinant parfois à la stupidité et d'une faiblesse indigne d'une grande arène. Enrique Ponce (le matin) et Juan José Padilla (le soir) ont coupé les oreilles. Le vénézuélien Colombo (le matin) a dignement confirmé son alternative et Manzanares et Roca Rey (le soir) ont fait étalage de leur technique sans faille.

Mais le torero du jour, c'est Juan Bautista.

Juan Bautista à Nîmes : recibir et capote

 

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus