Cet article date de plus de 7 ans

Nîmes : Tango au ralenti après l'agression d'un conducteur

Le trafic des bus de l'agglomération nîmoise est perturbé ce lundi à la suite de l'agression d'un chauffeur. Les salariés débrayent aux heures creuses pour dénoncer cet acte. C'est la 3ème agression d'un conducteur du réseau Tango et le 3ème débrayage depuis le début de l'année.
Nîmes : grève d'une heure des salariés des bus urbains du réseau Tango - 12 avril 2013.
Nîmes : grève d'une heure des salariés des bus urbains du réseau Tango - 12 avril 2013. © F3 LE S.Navas
Pour la 3ème fois depuis le début de l'année, les bus du réseau Tango, à Nîmes, roulent au ralenti.
En cause : l'agression d'un conducteur. Les lignes de A à K, mais aussi T1, 32, 70 et Tempo sont impactées.
Des débrayages ont lieu entre 9 heures et 11 heures ce matin, ainsi qu'entre 14 heures 30 et 16 heures 30 cet après-midi.

Coup de poing

Un chauffeur aurait été admis aux urgences après avoir reçu un coup de poing de la part d'un automobiliste. Il devrait se voir prescrire un arrêt de travail. Dans la matinée, la direction devait s'adresser aux salariés, excédés par la multiplication des actes de violence envers les personnels du réseau de bus de l'agglomération de Nîmes.

Triple agression en mai 2013 déjà

En janvier et février 2014, des faits similaires avaient déjà conduit à des débrayages.
Et il y a un an, en mai 2013, une triple agression avait suscité émotion et colère parmi les personnels des transports en commun nîmois.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun grève faits divers transports